Ipsen : Une spécialisation porteuse de progrès

Par la rédaction, le 08 octobre 2010

Installé depuis 20 ans à Signes, le site industriel Ipsen n'a jamais cessé d'augmenter sa charge de production. Sa spécialisation a ainsi été payante et démontre que le territoire varois et plus largement français peut avoir un avenir industriel, du moment qu'il requiert performance et exigence. Hélène Lascols
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

«Il y a plus de 20 ans, lorsque nous nous sommes installés sur le plateau de Signes, nous étions quelques acteurs à opérer dans l'industrie pharmaceutique en Paca. Aujourd'hui, beaucoup ont disparu», remarque Bruno Tissier, P-dg du site industriel d'Ipsen à Signes. L'unité de production est toujours là. Installée sur 11hectares, elle emploie 260 personnes, contre 60 au début des années 90 et a dépassé en 2009 la barre symbolique des 100M€ de chiffre d'affaires.




Deux domaines de compétences ciblés

En premier lieu, la solidité financière du groupe Ipsen explique cette longévité. Mais elle n'est pas tout. La spécificité du site varois en est une autre. Dès sa création, il est spécialisé dans la production d'un traitement contre le cancer de la prostate, qui «est devenu le premier produit du groupe et qui s'est considérablement développé à l'international puisque 80% de sa production est destinée à l'export», explique Bruno Tissier. Résultat de plusieurs années de recherche, ce produit présente en plus l'avantage d'être injectable et ?à effet retard?: «Sa formulation à libération prolongée sur 6 mois a été lancée en France en février2010, après avoir reçu l'approbation des autorités européennes pour être commercialisé dans neuf pays». Cet effet retard est particulièrement attractif: la contrainte est moindre pour le patient et sa qualité de vie est améliorée. Parallèlement et en adéquation avec la volonté d'Ipsen de bâtir sa croissance sur des domaines thérapeutiques ciblés, l'unité de Signes produit également des médicaments liés à l'endocrinologie, en particulier l'acromégalie (maladie rare et souvent invalidante qui résulte d'une augmentation de la sécrétion d'hormone de croissance). Distribuée dans plus de 60 pays, la dernière version de ce médicament représente un progrès technologique significatif.




5millions de doses

Au total, tous traitements confondus, le site industriel de Signes enregistre une croissance régulière de sa production de l'ordre de 10%. Actuellement, le site produit environ 5millions de doses par an dans deux domaines de médecine de spécialité, l'oncologie et l'endocrinologie. Ce développement se joue notamment à l'international, et en particulier sur des marchés prometteurs comme les États-Unis: «Chaque demande de mise sur le marché américain d'un médicament est soumise à autorisation de la food and drug administration. Nous avons eu notre première autorisation en 2007 pour l'un de nos traitements», précise Bruno Tissier.




Programme d'excellence






opérationnelle

Au-delà de sa vocation industrielle, Ipsen est aussi un acteur économique local en matière d'emploi, de recherche et de dynamisme économique. Avec 260 personnes présentes sur le site, Bruno Tissier a noué des liens étroits avec l'université Marseille Provence et la faculté de pharmacie pour renouveler ses équipes. Il favorise aussi l'accès à l'emploi des personnes handicapées, car «cette démarche illustre l'engagement de l'entreprise en faveur du handicap». Enfin, il a décidé d'engager son site sur la voie de l'excellence opérationnelle pour améliorer la productivité et les conditions de travail. «Cela nous a permis de porter un regard différent sur notre outil de production et de réfléchir autrement aux processus. Aujourd'hui, le changement est en route et les résultats sont là».

Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture