Nice

Automobile

[Exclusif] Nice : Le spécialiste de l'autopartage VuLog poursuit sa conquête du monde

Par Gaëlle Cloarec, le 13 juin 2017

D'ici à l'automne 2017, l'entreprise niçoise VuLog, leader des technologies d'autopartage en libre-service, va équiper des flottes de véhicules dans trois nouveaux pays, dont le Brésil.

Le Journal des Entreprises, l'économie en régions — Photo : Le Journal des Entreprises

La technologie VuLog fait le tour du monde. Déjà présent au Canada, en Espagne, au Danemark ou encore en Belgique, le leader des technologies d'autopartage en "free floating" (dispositif d'autopartage sans station ni réservation) va se déployer dans trois nouveaux pays. Une nouvelle preuve que ce service est aussi méconnu en France que plébiscité à l'étranger !

D'ici à fin juin, l'entreprise niçoise, dirigée par Grégory Ducongé, va ainsi équiper une flotte de 300 véhicules hybrides à Varsovie (Pologne). Elle sera opérée par le loueur de voitures local Panek. En juillet, c'est à Wellington, en Nouvelle-Zélande, que la technologie azuréenne sera mise en œuvre sur un parc de 50 voitures, là encore hybrides. Le service sera piloté par une start-up locale. Enfin, « nous venons de signer un contrat avec un loueur automobile premium de São Paulo, au Brésil, pour un déploiement à l'automne 2017. Ce sera, à notre connaissance, le premier projet d'autopartage en free floating lancé en Amérique du Sud », se félicite Antonin Guy, directeur commercial de VuLog.

L'autopartage accélère

« On sent une vraie accélération du marché de l'autopartage. Les loueurs, distributeurs et constructeurs automobiles, mais aussi les compagnies d'assurance, voire même des start-up, veulent de plus en plus prendre part à cette révolution », analyse Antonin Guy. Et comme VuLog, pionnier du sujet, est aujourd'hui aussi bien positionné qu'identifié, « nous en récoltons les fruits ». Même à l'autre bout du monde. « Les projets de Wellington et de São Paulo montrent notre capacité à servir le grand export. »

Un bon point quand on veut s'attaquer aux Etats-Unis. L'entreprise « espère y finaliser un premier projet en 2017 ». Même chose en France, dont le marché peine à s'ouvrir. En dehors des AutoBleues niçoises, VuLog y roule au ralenti. « Mais cela devrait là aussi évoluer ». La société réalise actuellement 95% de son chiffre d'affaires à l'international (montant global du CA non-communiqué). En tout, 4.000 véhicules dans le monde sont à ce jour équipés de la technologie VuLog, contre 1.400 en 2015. « L'objectif à court terme est d'en déployer plusieurs dizaines de milliers », précise Antonin Guy. 

Cap sur la diversification des services

Aussi l'entreprise se dimensionne-t-elle pour tenir la charge. Et vient de recruter l'un des pionniers du web, François Colon, en tant que directeur technique. Le cofondateur de la start-up Miyowa (messagerie instantanée sur smartphone) - revendue en 2012 à Synchronoss pour 60 millions de dollars - a une mission claire : préparer la plateforme VuLog à opérer plus de 100.000 véhicules et l'ouvrir à de nouveaux services de mobilité urbaine.

« Notre intérêt est que nos clients opérateurs soient profitables, pour qu'ils aient envie de se déployer dans d'autres villes. Cela passe bien sûr par l'amélioration continue de la qualité du service, mais aussi par l'optimisation de l'utilisation des véhicules », reprend le directeur commercial.

Un premier service a déjà été développé. « L'idée est de permettre aux chauffeurs VTC d'utiliser le parc dans le cadre de leur fonction, quand celui-ci est au point mort, la nuit essentiellement. Et ce avec une structure de coût proportionnelle à leurs revenus », détaille-t-il. Des discussions seraient en cours avec l'un de ses opérateurs clients pour une mise en œuvre prochaine. Et VuLog d'annoncer le recrutement, d'ici à la fin de l'année, d'une vingtaine d'ingénieurs supplémentaires. Ces embauches porteront l'effectif de l'entreprise à 70 personnes.

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture