Marseille

Biotech

Comment la biotech HalioDx finance son développement aux Etats-Unis

Par Nathalie Bureau du Colombier, le 08 février 2018

Les résultats cliniques déjà obtenus avec le test Immunoscore ont convaincu les fonds d’investissement européens de lever 18,5 millions d'euros pour faire d’HalioDx un leader dans le domaine de précision appliquée à l’immunothérapie des cancers.

Le test d’HalioDx compte les lymphocytes afin de reconnaître les cellules cancéreuses. — Photo : DR

Un record. La jeune biotech marseillaise HalioDx, spécialiste du diagnostic en immuno-oncologie, vient de boucler un financement de 18,5 millions d'euros. Cette levée de fonds, auprès des investisseurs historiques et de nouveaux venus PSIM et Quest for Growth, va permettre à l’entreprise de poursuivre ses tests cliniques et de s’implanter aux États-Unis.

26,5 millions d'euros levée en deux ans

HalioDX fourbit de nouvelles armes dans la lutte contre le cancer. Au terme de deux années de R & D, la PME de Luminy a développé un test, baptisé Immunoscore, qui analyse les cellules tumorales des patients et permet aux médecins d’orienter les traitements en fonction de la réponse immunitaire. « Notre test compte les lymphocytes. Nous avons appris qu’ils sont capables de reconnaître les cellules cancéreuses. Nos diagnostics sont prêts à être mis sur le marché. Ils sont enregistrés et marqués CE depuis 2017. Un patient peut, s’il le souhaite, payer pour réaliser un test. Désormais, nous sommes en négociations avec les systèmes de santé afin d’obtenir leur remboursement. Il faut les convaincre que notre test permet d’économiser de l’argent et de rallonger la vie des patients », explique Vincent Fert, PDG d’HalioDx.

À 59 ans, ce scientifique et fondateur d’Ipsogen en 2000, vient de réaliser une prouesse… financière. En l’espace de deux ans seulement, il est parvenu à lever 26,5 millions d'euros. En effet, en 2015, il réalise une première levée de fonds de 8 millions d'euros auprès de MI Care, Sham Innovation Santé/Turenne, BNP Paribas développement et Sofica.

« Notre métier est compliqué. Développer des tests prend du temps et s’avère coûteux, mais mener des études cliniques et commercialiser les tests aux États-Unis coûte très cher », explique Vincent Fert, qui s’apprête à publier une étude conduite sur 3 000 patients cette année dans une vingtaine de pays.

Cap vers les États-Unis

Pour poursuivre l’aventure outre-Atlantique, il réalise un nouveau tour de table. Outre les partenaires financiers de la première heure, il parvient à convaincre de nouveaux investisseurs au premier rang desquels le fonds PSIM géré par Bpifrance dans le cadre du programme d’Investissements d’Avenir, mais également Quest for Growth géré par Capricorn Venture Partners et Amundi Private Equity Funds. En levant 18,5 millions d'euros HalioDx réalise la plus grosse levée de fonds depuis deux ans d’une société privée européenne dans le secteur du diagnostic.

De quoi donner des ailes à la start-up et lui permettre de se poser à New York au deuxième semestre 2018 et de commercialiser ses tests auprès des laboratoires pharmaceutiques, comme elle le fait en France en attendant d’obtenir le remboursement par les systèmes de santé. Dans l’Hexagone, cette activité a tout de même représenté un chiffre d’affaires de 10 millions d'euros en 2016. Si les tests peuvent s’appliquer à la plupart des cancers, celui du colon a fait plus particulièrement l’objet de travaux. HalioDx a accumulé un solide corpus de données cliniques démontrant la capacité d’Immunoscore à prédire le risque de rechute. Cette levée de fonds devrait aussi permettre d’étendre le test au cancer du sein et du rectum.

Le test d’HalioDx compte les lymphocytes afin de reconnaître les cellules cancéreuses. — Photo : DR

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture