Région Sud

Numérique

CES de Las Vegas : les start-up de la Région Sud reviennent gonflées à bloc

Par Didier Gazanhes, le 17 janvier 2019

Avec 52 start-up, la délégation de la Région Sud a été la toute première délégation française présente en début d’année au Consumer Electronic Show de Las Vegas.

Sur 390 m² le stand de la région présentait les startup locales.
Sur 390 m², le stand de la région présentait 52 start-up locales. — Photo : D.R.

La Région Sud a confirmé cette année son ambition de Silicon Valley de l’Hexagone, en ayant conduit la première délégation française au CES (Consumer Electronic Show) de Las Vegas, rendez-vous incontournable de l’innovation et des start-up du monde entier, qui s’est tenu du 8 au 11 janvier dernier. Une goutte d’eau, certes, à l’échelle des plus de 4 500 exposants de la rencontre, mais sur les 52 start-up conduites par la Région et présentes sur les 390 m² de stand, onze avaient été préalablement récompensées par un Award CES 2019, bénéficiant d’une importante visibilité. Ainsi, Antoine Jeannin, et ses lunettes contre le mal des transports, participait pour la seconde année consécutive au CES. Sa première participation lui avait permis d’affiner les orientations prises par sa start-up Boarding Ring, basée à Ollioules… En 2019, « c’est l’année de la concrétisation, nous avons décroché un Innovation Award et nous sommes arrivés avec une technologie qui sera commercialisée avant la fin de l’année ». Unanimement, les avis des start-up confirment l’importance et l’efficacité de la rencontre, forte de ses 200 000 visiteurs. Gaël Desperriès, fondateur de Skavenji, a vécu son premier CES. Skavenji, a vu le jour à Nice en 2016, et développe une box qui permet de produire et consommer sa propre énergie. « Les Américains ont été très intéressés », raconte-t-il. « C’était un gros point d’interrogation car nous nous positionnons sur la frugalité et les économies d’énergie ».

Levées de fonds à venir

Jean-Loup Barrere, fondateur de Wintual, qui propose des fenêtres virtuelles connectées sur le monde et des écrans innovants, en était également à son second CES. « La rencontre a été beaucoup plus productive. Nous avions un vrai produit, commercialisé depuis juin 2018, à montrer et non simplement un prototype. Le point fort du CES reste la possibilité de rencontrer en quatre jours un nombre incroyable de contacts qualifiés. Les principaux directeurs Achat, Marketing, Innovation des grands groupes français sont présents », commente le dirigeant. Même son de cloche pour Antoine Jeannin, qui tire un bilan très positif du CES : « C’était hyper intense. Nous avons terminé le salon avec plusieurs centaines de contacts qualifiés. Maintenant, place au travail pour en tirer le meilleur parti ». Des contacts ont été initiés avec de potentiels distributeurs et partenaires, américains ou chinois, en réalité virtuelle. Cette deuxième participation a ouvert de nouvelles perspectives notamment dans l’aéronautique, mais aussi auprès d’acteurs différents de ceux avec lesquels son dirigeant est habitué à échanger en France.

En 4 jours « intenses », la start-up Skavenji a également fait le plein de contacts : fournisseurs, investisseurs et clients potentiels. « Nous y allions pour tâter le marché en dehors de la France. Maintenant que nous savons que ce marché existe, nous allons essayer d’y aller le plus vite possible ! » Pour ce faire, Skavenji prévoit de lever 100 000  €. Pour Wintual, le CES a également ouvert des portes aux États-Unis. « Nous avons été en contact avec le premier fabricant de fenêtres américain ». Une levée de fonds de 800 000 € est envisagée pour le premier semestre afin notamment d’étoffer l’équipe commerciale.

Sur 390 m² le stand de la région présentait les startup locales.
Sur 390 m², le stand de la région présentait 52 start-up locales. — Photo : D.R.