Nice

Agroalimentaire

Areco conquiert les marchés étrangers grâce à la nébulisation

Par Nathalie Bureau du Colombier, le 08 novembre 2018

Les étals de fruits et légumes sont désormais humidifiés grâce à la nébulisation. Cette technique, qui permet de préserver leur fraîcheur, fait les beaux jours d’Areco. La PME grassoise se développe en Europe et séduit un nombre croissant d’acteurs de la grande distribution y compris sur les marchés étrangers. A l’origine de cette aventure, Michel Gschwind, à la fois gérant d’Areco et président de la holding Arfitec qui coiffe cinq sociétés.

En 2016, l'entreprise s'est installée aux Etats-Unis. — Photo : D.R.

Si Michel Gschwind débute sa carrière dans le secteur automobile, c’est dans l’agroalimentaire qu’il connaîtra un vrai coup d’accélérateur. Cet ingénieur en électrotechnique, fort d’un doctorat en énergétique, a travaillé durant neuf ans pour une filiale de Toyota à Sophia Antipolis, afin d’améliorer l’efficacité et le confort dans l’habitacle. En 1996, ce projet prend fin. Les trois brevets déposés, Michel Gschwind les exploite par le biais d’une licence.

Au hasard d’une rencontre avec le groupe Bongrain, il propose d’humidifier, sans les mouiller, les fromages pendant la phase d’affinage. Le procédé séduit et se répand dans les caves à vin de la région bordelaise, où la nébulisation permet d’humidifier les barriques.

Le grand virage de la grande distribution

Au début des années 2000, Areco négocie un tournant décisif lorsqu’elle entre de plain pied dans l’univers de la grande distribution. Grand Frais, Carrefour, Auchan, Casino, Super U, E-Leclerc voient dans la nébulisation le moyen d’améliorer l’aspect des fruits et légumes dans les linéaires et de prolonger leur durée de vie. A fortiori lorsqu’ils sont bio, les fruits et légumes sont plus fragiles.

La technique se propage aux rayons marées et produits carnés. Entre 2005 et 2007, Areco multiplie par quatre son chiffre d’affaires. Dix ans plus tard, l’entreprise a imposé sa technologie. « Nous sommes leader mondial de la nébulisation avec 5 000 machines installées. Chaque année, nous en implantons entre 400 et 500 », explique l’affable Michel Gschwind. Les marchés français et européens (Italie, Allemagne et Espagne, où Areco possède un bureau) répondent favorablement.

Filiales aux Etats-Unis et en Australie

En 2016, la société, membre du réseau Bpifrance Excellence, traverse l’Atlantique et crée Areco North America (Ana). La filiale américaine s’installe dans le New Jersey, non loin du siège de son premier client, la chaîne de supermarchés Wegmans. Dans la foulée, Areco pousse les portes de Wholefoods et Albertsons. « Nous avons reproduit aux Etats-Unis le modèle français basé sur le service », précise le dirigeant, qui estime le potentiel à 200 000 magasins sur le seul sol américain.

« La croissance va venir de l’export qui ne représente que 8 % de notre chiffre d’affaires actuellement soit 2 M€ sur un total de 14 M€ en 2018. Avec mon associé Benoît Rey nous avons à cœur de pérenniser l’activité », précise-t-il. Cette part des ventes à l’étranger devrait augmenter dans les mois qui viennent avec un fort développement dans le Pacifique. Areco a signé cette année un contrat pour équiper une centaine de supermarchés et d’épiceries appartenant à l’une des principales chaînes australiennes. Pour honorer ce contrat, l’entreprise établira une filiale dans le pays en 2019.

Areco appartient à la holding Arfitec à la tête également d’Addacom, BRO, Agefi. Cinq entreprises qui emploient 105 collaborateurs. Addacom commercialise depuis 2011 de l’affichage dynamique dans les grandes surfaces (recettes de cuisine) pour booster les ventes. Agefi assure pour sa part la maintenance de l’ensemble des machines déployées chez les clients.  

Rafraîchir les espaces publics

En 2017, Michel Gschwind a réalisé une opération de croissance externe avec la reprise de la société concurrente BRO, installée dans la région limousine et spécialiste également de l’humidification par brumisation. Halls de gare, aéroports, centres commerciaux… L’entreprise rafraîchit les espaces publics. « Il s’agit d’une diversification. C’est une activité que nous souhaitons développer. BRO a équipé la gare Saint-Charles à Marseille, la gare Bordeaux TGV, la promenade du Paillon à Nice et le centre commercial du Prado près du Vélodrome », précise Michel Gschwind.

Installée à Romans (Drôme), BRO va déménager dans des locaux plus spacieux. « Nous allons construire 1 500 m2 de bureaux et entrepôts sur une zone d’activité située à proximité du TGV. Ce sera une véritable implantation en Auvergne-Rhône-Alpes », annonce-t-il.

Après avoir développé, des machines connectées, ce serial entrepreneur, qui investit chaque année 10 % de son chiffre d’affaires dans la R&D, mise à présent sur la miniaturisation des machines de nébulisation qui pourraient bientôt s’inviter dans nos réfrigérateurs. Depuis 2017, Areco a rejoint les Tissages de Charlieu au sein du projet « Plug & Wet » visant à développer de nouveaux systèmes d’humidification dans le tissage industriel.

En 2016, l'entreprise s'est installée aux Etats-Unis. — Photo : D.R.

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture