Bouches-du-Rhône

Conseil

ADF veut doubler ses ventes à l'export

Par Didier Gazanhes, le 01 février 2018

Le groupe d'ingénierie ADF, basé à Vitrolles (Bouches-du-Rhône), affiche son ambition de doubler son chiffre d’affaires à l'export d'ici à trois ans. Lauréate du Prix Image Entreprise Méditerranée le 31 janvier dans la catégorie développement international, il a une stratégie simple : suivre ses clients français lorsqu’ils s’installent à l’étranger pour s'assurer un chiffre d’affaires de démarrage, puis élargir ses activités sur place.

Marc Eliaya, président du groupe ADF. — Photo : Yellow Studio/Christine Criscuolo

ADF (4 000 collaborateurs dans six pays; 400 millions d'euros de chiffre d’affaires), a de solides ambitions à l'international. Spécialisé dans l’ingénierie et la maintenance pour l’industrie, le groupe basé à Vitrolles a fait ses premiers pas hors Paca dans la région lyonnaise avant d’attaquer, en 2004, les marchés export. La première filiale du groupe qui sert principalement les secteurs de l’énergie, de l’aéronautique, de la pétrochimie et des matériaux n’a vu le jour qu’en 2010, dans le nord de la Belgique.

« L’entreprise est née dans les années 1970 et s’appelait alors les Ateliers de Fos, avec une activité purement régionale. Nous fabriquions des équipements pour l’industrie de première transformation, la sidérurgie, la pétrochimie. Nous ne nous sommes positionnés sur la maintenance qu’au milieu des années 1980 et nous sommes d’ailleurs restés exclusivement en région jusqu’en 1996 », confie Marc Eliayan, président du groupe, qui a repris l’entreprise en 2006 alors qu’elle était tombée dans le giron de GDF Suez (Engie).

Doubler les ventes à l'export d'ici trois ans

Aujourd’hui, l’entreprise réalise 38 millions d'euros sur les marchés étrangers. « En général, nous suivons dans un premier temps nos clients français lorsqu’ils s’installent à l’étranger. Cela nous assure un chiffre d’affaires de démarrage et ensuite nous élargissons nos activités sur place. D’ici à trois ans, notre ambition est de doubler le chiffre d’affaires export », annonce-t-il.

Le groupe a par ailleurs racheté, en décembre 2016, la société Latécoère Services, rebaptisée fin janvier Latésys, et est ainsi en cours d’intégration des 1 000 salariés de cette entreprise. « Nous voudrions renforcer notre présence dans l’aéronautique et, en même temps, faire profiter des savoir-faire de Latésys dans d’autres métiers », explique le dirigeant. « 96 % de l’entreprise appartient à une dizaine d’associés stables. Nous sommes ainsi largement considérés comme une entreprise à capitaux familiaux. Nous avons par ailleurs mis en place un système de participation des salariés. C’est un modèle auquel je crois. En onze ans, 250 salariés sont ainsi partis à la retraite avec des sommes intéressantes ».

Marc Eliaya, président du groupe ADF. — Photo : Yellow Studio/Christine Criscuolo

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture