Sarthe

Création

Interview Xavier Delaunay : "Il est important de prendre le temps avant de créer une entreprise"

Entretien avec Xavier Delaunay, fondateur de la Maison des transitions entrepreneuriales au Mans

Propos recueillis par Rémi Hagel - 12 juillet 2022

Seules 40 % des entreprises franchissent le cap des cinq ans. Pour améliorer ce taux, les consultants de la nouvelle Maison des transitions entrepreneuriales, créée début 2022 au Mans, incitent à appliquer une méthode de préparation au changement de posture.

Ancien directeur d’Initiative Sarthe et cofondateur de Réseau Entreprendre Sarthe, Xavier Delaunay a monté son cabinet, Pepinium.
Ancien directeur d’Initiative Sarthe et cofondateur de Réseau Entreprendre Sarthe, Xavier Delaunay a monté son cabinet, Pepinium. — Photo : Xavier Delaunay

Qu’est-ce que la Maison des transitions entrepreneuriales ?

C’est un collectif, créé début 2022, autour d’une marque : Forces Vives entrepreneuriales. Nous l'avons fondé à trois avec Sophie Thourot et Jérôme Tual, et nous nous sommes inspirés des réflexions de la Fédération nationale des professionnels de l’accompagnement à l’entrepreneuriat (FNPAE). Nous sommes consultants indépendants, spécialisés dans les bilans Boosteurs de Compétences et Agilités Entrepreneuriales. Il existe une trentaine de consultants certifiés à cette méthode en France. La Sarthe est un navire pilote de ce collectif, qui sera prochainement étendu à Montpellier, Lyon, Paris puis sur tout le territoire. Il pourrait évoluer en coopérative à moyen terme, pour permettre la transmission des outils à ceux qui l’utilisent.

Quel est son but ?

Nous voulons sensibiliser aux nouvelles réalités de l’entrepreneuriat. L’enjeu est de développer au préalable la culture et la posture entrepreneuriales des créateurs, conditions de leur réussite durable. Il s’agit d’élever le niveau de conscience des porteurs de projets sur les leviers fondamentaux de la pérennité d’une entreprise. Quand on envisage une transition, il est important de prendre le temps, ce qu’on ne fait plus. La création d’entreprise est un marché, et les acteurs incitent fortement à se lancer. Dix millions de salariés rêvent d’entreprendre mais, souvent, on se rend compte qu’ils veulent surtout changer de métier.

Beaucoup d’autoentrepreneurs ne créent pas une entreprise, mais une solution individuelle d’emploi. Une étude conduite sur 1 500 porteurs de projet de plus de 45 ans a montré qu’après réflexion, 20 % stoppaient leur création parce qu’ils n’étaient pas faits pour cela, 40 % temporisaient pour reprendre le dossier à zéro, et 20 % constataient qu’ils pouvaient faire mieux (soit créer plus d’un emploi). La préparation est primordiale. Vous pouvez avoir des capitaux et un business plan, ça ne marchera pas si vous n’avez pas travaillé la posture de la personne. Avec notre méthode, et donc une augmentation de 10 % des pérennités, on estime que 50 000 emplois peuvent être maintenus ou créés en France, au moins 250 emplois en Sarthe.

"Les acteurs de la création consacrent souvent 30 % de leur temps et de leur argent à des personnes qui n’ont rien à faire chez eux".

Il existe des organismes de soutien à la création d’entreprise, que vous avez vous-même portés. Ne suffisent-ils pas ?

Les acteurs de la création que sont BGE, les réseaux Initiative ou Entreprendre, les chambres de commerce et d’industrie, chambres des métiers, etc. consacrent souvent 30 % de leur temps et de leur argent à des personnes qui n’ont rien à faire chez eux. Nous intervenons en amont, d’autant que les manières d’entreprendre sont devenues très variées. Quant aux entreprises de réorientation professionnelle, la plupart ne sont pas formées aux bilans de compétences entrepreneuriaux.

Auprès de qui intervenez-vous ?

Il est plus efficace de travailler sur prescription qu’auprès de salariés en direct. Nous travaillons avec les structures de soutien à la création, mais aussi auprès des entreprises. Nous les sensibilisons à proposer ces bilans de compétences lorsqu’elles veulent se séparer de collaborateurs et nous menons des ateliers sur la transition entrepreneuriale durable.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition