Finance

Un nouveau siège pour la Banque Populaire Atlantique

Par Bénédicte Hascoët, le 02 juin 2017

La Banque Populaire Atlantique (BPA) a posé la première pierre de son nouveau siège angevin sur son site historique Nid-de-Pie. Un signal fort pour l’économie locale qui voit le maintien d’un grand pôle sur son territoire, dans un contexte de future fusion des banques populaires Atlantique et de l’Ouest.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

C'est une première pierre symbolique qui a été posée mi-mai par la Banque Populaire Atlantique (41 agences en Anjou, 250 collaborateurs) sur son site historique Nid-de-Pie à Angers - 2,8 hectares en bordure de l'autoroute Nantes-Angers - qui accueille son siège actuel. Les travaux de son nouveau bâtiment angevin ont en effet démarré au mois de février.

L'ancien siège cédé à ADI

La nouvelle construction de forme elliptique - qui rappelle les styles des sièges nantais de la Banque Populaire Atlantique (Yris) et du Crédit Maritime Atlantique (Petit Yris) - est une réalisation du promoteur-constructeur nantais ADI et du cabinet nantais Forma 6 Architectes. Le bâtiment occupera une surface de 2.231 m² sur trois niveaux. Il inclut un amphithéâtre d'une centaine de places au rez-de-chaussée qui pourra être mis à la disposition des clients et partenaires de la banque pour l'organisation de manifestations. Afin de répondre aux nouveaux enjeux et normes environnementaux, le site Nid-de-Pie prévoit l'installation d'un bassin de collecte des eaux de pluie ainsi que des bornes de recharge pour les véhicules électriques. L'ancien siège (8.700 m² construits il y a 35 ans) sera cédé au promoteur-constructeur nantais ADI qui réalise le nouveau bâtiment. N'étant plus adapté aux activités de la banque aujourd'hui en termes de taille, de confort, de consommation énergétique, etc, il pourrait accueillir d'autres activités.

Près de 600.000 euros investis pour l'aménagement intérieur

La livraison du nouveau bâtiment est prévue pour le printemps 2018 avec un déménagement des 80 collaborateurs dans le courant de l'été. La future construction appartiendra à ADI. « Nous serons locataires du siège ce qui permet de ne pas trop peser sur notre bilan, explique Olivier de Marignan, directeur général de la Banque Populaire Atlantique. Nous signons un bail de douze ans. Nous nous devons de rester souples sur nos structures de siège. Nous devons conserver une capacité forte d'investissement pour accompagner financièrement nos clients. » Si le montant de la construction n'a pas été communiqué par son porteur, ADI, la BPA annonce qu'« entre 500 et 600.000 euros seront injectés par la banque dans le réaménagement intérieur des locaux. »

« Un bâtiment d'avenir pour une activité d'avenir »

Née à Angers à la fin du XIXe siècle, la Banque Populaire Atlantique confirme son ancrage local à travers cette réalisation, dans un contexte de fusion des banques populaires Atlantique et de l'Ouest . Un chantier amorcé fin mars par les deux banques et une inconnue quant à la localisation du futur siège, à Rennes ou à Nantes, de cette nouvelle grande banque de l'Ouest. La construction du nouveau bâtiment d'Angers est donc un signal fort pour l'économie locale avec le maintien d'un pôle fort sur le territoire au sein du futur ensemble. « C'est un bâtiment d'avenir pour une activité d'avenir, souligne Olivier de Marignan. La future entité aura trois grands sites administratifs, à Rennes (BPO), Nantes et Angers. »

La première banque labellisée Lucie

Présente dans cinq départements - Finistère Sud, Loire-Atlantique, Maine-et-Loire, Morbihan et Vendée -, la Banque Populaire Atlantique dispose d'un réseau de 174 agences (NDLR dont elle est propriétaire des locaux contrairement aux sièges de Nantes et Angers) et revendique 374 000 clients. Elle annonce 7,7 milliards d'euros d'encours de crédit et 6,2 milliards de ressources. Elle est la première banque en Europe à être labellisée Lucie, le label de référence en matière de RSE.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition