Angers

Santé

Twin Medical : la réalité virtuelle pour former les chirurgiens

Par Florent Godard, le 20 février 2017

Jeune entreprise angevine, Twin Medical distribue des simulateurs d'opérations chirurgicales. Après le Maghreb et la Russie, elle s'apprête à conquérir de nouveaux marchés à l'export.

Photo : Twin Medical - Facebook

Imaginez que votre médecin vous ai déjà opéré virtuellement une première fois, avant le jour J de votre intervention chirurgicale. Rassurant, non ? Bonne nouvelle, cette possibilité existe. Cela fait même partie du business plan de Twin Medical, une jeune entreprise angevine qui distribue des simulateurs d'opérations médicales. « En simulant l'opération, le chirurgien va tester plusieurs méthodes et différents outils médicaux, explique Jérôme Esteves, 38 ans, créateur de Twin Medical. Un moyen de réduire le risque pour le patient, la durée et le coût de l'intervention. » Ce type d'exercice s'avère même assez rapide à mettre en place, dixit l'Angevin. « À partir du scanner de la partie du corps à opérer, on numérise ces images en 3D, puis on les injecte dans notre simulateur... Cela prend 30 à 40 minutes », indique Jérôme Esteves.

Robots chirurgicaux

Mais ses appareils de simulations servent surtout lors de la formation des chirurgiens, autres médecins, ou encore des infirmières. Qu'il s'agisse de la formation initiale (à la faculté) ou continue (apprentissage de nouvelles techniques), la simulation prend de nombreuses formes. Un exemple ? Prenez un simulateur de robot chirurgical. L'apprenti médecin pose ses mains sur les manettes de commandes qui pilotent le robot, puis opère virtuellement. Face à lui, il voit l'intérieur du corps d'un patient en 3D, reproduit comme dans la réalité, ainsi que la conséquence de ses gestes. En 2017, grâce à des casques de réalité virtuelle, il pourra faire la même chose tout en visualisant l'ensemble du bloc opératoire, infirmières et anesthésiste inclus. Avec un défi à relever : coordonner l'équipe médicale.

Cap vers l'Europe du nord

En quatre ans, la start-up « née dans la chambre d'amis et le garage » de la maison de Jérôme Esteves, a voyagé. « Twin Medical a livré les CHU d'Angers et de Strasbourg, mais aussi les facultés de médecine de Moscou et d'Alger ». Direction aujourd'hui l'Europe du nord. « Après le Maghreb et la Russie, nous attaquons le marché belge cette année, avec aussi des projets sur le Danemark et l'Allemagne à court terme. »

Plus de 2,5 millions d'euros de CA

La PME, qui achète son matériel en France et à l'étranger (chez 3D Systems, Simbionix, HRV, B-Line medical...) a déjà réalisé plus de 30 % de ses ventes à l'international ces dernières années. « D'ici 2022, j'aimerais dépasser chaque année la barre des 50 % », confie l'Angevin. Il espère ainsi gonfler son chiffre d'affaires « de plus de 2,5 millions d'euros en 2016 à 3 millions d'euros voire 4 millions d'euros » à cette date.

Cinq recrutements annoncés à court terme

« À l'équilibre dès son premier exercice », il a il a récemment investi 250 m² de locaux aux Ponts-de-Cé et recruté un premier salarié. Twin Medical table sur environ cinq embauches à moyen terme. Pour l'aider à développer ses compétences de chef d'entreprise, il pourra compter sur le soutien de Réseau Entreprendre. L'association lui a aussi accordé un prêt à taux zéro de 50 000 €.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition