Pays de la Loire

Tourisme

Tourisme : les vacances bleu blanc rouge ont profité à la région Pays de la Loire

Par Didier San Martin, le 31 août 2021

Situation sanitaire, Brexit…  : cet été, les touristes étrangers ont déserté les Pays de la Loire. Mais comme les Français, dans leur grande majorité, ont préféré rester en France, beaucoup ont choisi les Pays de la Loire comme lieu de villégiature. Une réalité bénéfique pour notre économie, même si la distribution de cette manne ne s’est pas faite de façon égalitaire.

La clientèle française a largement compensé l’absence de touristes étrangers.
La clientèle française a largement compensé l’absence de touristes étrangers. — Photo : Didier San Martin

Si les Pays de la Loire n’ont jamais réussi à attirer en grand nombre les touristes étrangers, cela lui a été, pour une fois, profitable… Voici l’un des enseignements rapporté par le tout dernier baromètre de conjoncture réalisé par l’Observatoire Régional du Tourisme avec la collaboration de près de 1 500 professionnels du tourisme.

Franck Louvrier, vice-président du conseil régional des Pays de la Loire et président du comité régional du Tourisme, explique : "Dans cette crise, la faiblesse de ne pas attirer beaucoup de touristes étrangers a été une force, car il a été plus facile de les remplacer par des Français : les vacances bleu blanc rouge ont profité à notre région ! En plus, une fois sur place, la météo ne les a pas fait fuir car ils étaient retenus par le contexte sanitaire. Mieux, le temps défavorable les a amenés à consommer davantage, à découvrir toute l’étendue de notre offre, du littoral aux parcs, en passant par les pistes cyclables, le tourisme urbain, agricole, viticole… ". Ou encore la météo les a incités à connaître des entreprises dont les visites guidées organisées par les adhérents de l’association Visitez nos entreprises (VNE) ont fait le plein cet été…

Les Pays de la Loire prisés des Français

"Dès juin, nous nous sommes trouvés à court d’hébergements pour tout l’été, alors que nous gérons 2 000 gîtes en Pays de la Loire ! souligne Hélène Barral, directrice des Gîtes de France en Vendée, représentant la fédération régionale des Gîtes de France. Le concept du gîte "offre ce que recherche le touriste aujourd’hui, accueil, authenticité, tourisme vert… ". Et un isolement qui rassure.

Autres grands gagnants de l’été, les campings : 61 % d’entre eux annoncent avoir retrouvé une fréquentation similaire à celle de l’été 2019. Pour l’hôtellerie-restauration, le constat est évidemment moins positif. "Notre saison a enregistré un démarrage tardif puisque nous étions fermés jusqu’au 19 mai avant de connaître des ouvertures progressives en terrasse et en demi-jauge… rappelle François Taillandier, président de l’Union des métiers des industries et de l’hôtellerie des Pays de la Loire (UMIH). Nous avons également été pénalisés par l’absence des grands événements de l’été qui drainent des personnes de toutes les régions et parfois de l’étranger. Cela a marqué un véritable manque à gagner pour l’hôtellerie et la restauration qui s’est soldé par une activité saisonnière en baisse de 20 % par rapport à 2019 ".

L’absence des groupes pénalise autocaristes et hôteliers

Selon Catherine Querard, présidente du Groupement national des indépendants du Grand Ouest, le taux d’occupation a été satisfaisant tout l’été sur le littoral, grâce notamment à l’allongement de la durée des séjours. "Par contre, la clientèle groupe était totalement absente, les traiteurs et organisateurs de réception sont en grande difficulté, tout comme les hôteliers spécialisés sur ce créneau et les autocaristes", alarme-t-elle. "En volume, nous prévoyons de réaliser seulement la moitié de ce que nous faisions en 2019, confirme Pascal Fontaine, président de la Fédération Nationale des Transports des Voyageurs (FNTV) de Loire-Atlantique représentant la fédération régionale au CRT. Pour autant, des clubs de retraités, des groupes d’étudiants et d’étrangers, nous demandent depuis peu des devis, signent des commandes. Nous voulons y croire… ".

Pass sanitaire : les annulations en masse n’ont pas eu lieu

En ce qui concerne le pass sanitaire, Catherine Querard redoutait les annulations en masse. "Finalement, elles n’ont pas eu lieu et on a vu une clientèle très respectueuse des règles", témoigne-t-elle.

Dans la restauration, le discours est très différent : "Le pass sanitaire a fait s’effondrer l’activité des bars et des restaurants dès le 9 août, jour de sa mise en œuvre, avec des baisses de 30 % à 50 % selon les cas. Et la météo maussade a aggravé cette tendance, s’insurge François Taillandier, qui alerte aussi sur la pénurie de main-d’œuvre. "Il manque des serveurs, barmans, cuisiniers, plongeurs, employés d’étage… Dans notre établissement, parce que nous manquions de personnel, nous avons été obligés d’afficher complet alors que nos tables étaient à moitié vides !".

Véronique Croué, présidente déléguée régionale de l’Union nationale des associations de tourisme et de plein air (UNAT) des Pays de la Loire, souligne que ses centres de vacances ont connu cette année une fréquentation quasi à 100 %, un taux supérieur à 2019 ! "Sans doute parce que les familles voulaient absolument que leurs enfants partent au vert, explique-t-elle. Par contre, par manque de personnel, nous avons dû fermer des colonies entières !".

"Il est grand temps de mener une réflexion sur l’attractivité des métiers saisonniers, reprend François Taillandier. Le logement et les rémunérations semblent être les clés du problème. Une charte de confiance pour l’accueil du personnel saisonnier devra voir le jour ". Un jour…

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition