Maine-et-Loire

Industrie

SDEI Ouest : Du bureau d'études au spectacle !

Par Bénédicte Hascoët, le 06 novembre 2015

Positionnée au départ sur une activité de bureau d'études en mécanique, SDEI Ouest s'est diversifiée en concevant et assemblant des machines spéciales pour les industriels et les parcs d'attraction. Depuis peu, elle propose même des spectacles clé en main.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Depuis sa création en 1990, la discrète société SDEI Ouest a fait des pas de géant. D'un "simple" bureau d'études en mécanique de deux personnes, la TPE est devenue une entreprise de 60 salariés (5,5 millions d'euros de CA) qui a progressivement étoffé ses compétences sur le calcul, la plasturgie, l'électrotechnique, l'automatisme avant de passer à la réalisation de machines spéciales, une activité qui emploie aujourd'hui 15 salariés. Des machines qu'elle conçoit puis assemble d'abord pour les industriels de la région (aéronautique, automobile, armement, agroalimentaire...) avant de se spécialiser dans la machinerie de spectacle pour les parcs d'attraction. Un positionnement qu'elle a renforcé en 2014 avec la création du département SDEI Spectacles qui propose des spectacles clé en main. Intégrée au groupe d'Amboise Reorev Technologies (180 personnes, 18 millions d'euros de CA, bureau d'études et usinage), SDEI Ouest, qui assemble des machines spéciales depuis 2000, est contactée en 2003 par le Grand Parc du Puy du Fou pour travailler sur le projet des Automates du bourg 1900. « Nous avons démarré notre collaboration avec des artistes, c'était nouveau pour nous, raconte Bruno Fradet, le dirigeant. Nous avons fait toute la machinerie. »

Le Velum du Puy du Fou, un projet à 2 M€

Et la PME choletaise convainc la direction du Parc qui fait, depuis, régulièrement appel à ses compétences. Elle réalise les passerelles des 140 jets pour la cinéscénie, puis la machinerie des orgues de feu, celle des chevaliers de la table ronde... En 2011, elle décroche le marché du velum (grande pièce de tissu en guise de plafond utilisée dans les arènes romaines), un projet à 2 M€. « Nous sommes les seuls en France à avoir fait un velum, souligne Bruno Fradet. Nous l'avons conçu - en partenariat avec l'université de Caen - sur la base du concept de celui du Colisée à Rome. Pour cette pièce de 5 500 m² qui se déploie en 60 secondes au-dessus des 7.000 spectateurs de l'arène, nous avons été confrontés à des enjeux techniques majeurs, jamais résolus jusque-là. » Avec ces belles références, la PME est amenée à travailler sur des machines pour le Parc Astérix, Planète Sauvage... et se positionne déjà sur les projets de création de parcs du Puy du Fou en Grande-Bretagne et en Russie.

Nouveau virage vers le spectacle

En 2013, Bruno Fradet constate pourtant que l'entreprise perd des marchés sur son activité machines spéciales (industrie et spectacle) qui représente 50 % de son chiffre d'affaires (l'autre moitié étant liée aux études du BE). « Le marché était malmené à cause du déclin de l'investissement industriel. Il fallait donc qu'on se spécialise ! » Comme au début des années 2000, où Bruno Fradet avait diversifié les compétences du bureau d'études afin de répondre aux attentes de ses clients industriels, il cherche à doter SDEI Ouest d'une nouvelle expertise. « Nous ne faisions que de la machinerie. Nous n'étions pas assez artistiques. Il fallait faire autre chose. »

En 2014, il créé avec deux partenaires spécialistes de la création artistique et du son et lumière le département SDEI Spectacles. Concept, scénario, costumes, bande-son, lumière, animations robotiques..., la nouvelle entité associe savoir-faire industriel et créativité artistique pour proposer des spectacles clé en main. « Cette année, nous avons équipé d'animatroniques (créatures animées) 20 véhicules de la caravane du Tour de France. Et nous travaillons sur des scénarios pour la télévision. C'est une activité qui monte en puissance », se réjouit le dirigeant. Pour accompagner ce développement, un projet d'agrandissement - sous deux ans - des locaux de la société est dans les cartons avec 5 créations d'emplois. En parallèle, Bruno Fradet travaille sur un autre projet destiné à « améliorer la productivité du monde industriel ». Confidentiel pour l'instant. Il concède juste que « le pôle nantais EMC2 (dédié aux technologies de production) a qualifié l'idée auprès de l'université de Nantes. Un prototype démonstrateur devrait voir le jour prochainement.
 

SDEI Ouest

(Mazières-en-Mauges)
Dirigeant : Bruno Fradet CA : 5,5 M

60 salariés 02 41 58 03 92

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail