Le Mans

Services

Pour mûrir, Five A Day prépare sa première levée de fonds

Par Cédric Menuet, le 14 février 2020

Créée en 2018 par Alexandre Guillaume et son frère Thibault, Five A Day veut développer son activité de livraison de fruits en entreprises dans les 10 principales villes françaises. Pour y parvenir, la start-up veut lever 1,2 million d’euros cette année.

Alexandre Guillaume, cofondateur de Five A Day au Mans.
Alexandre Guillaume a créé Five A Day en 2018 avec son frère Thibault. La start-up fait partie des premiers résidents du Village by CA Le Mans La Ruche. — Photo : Cédric Menuet - Le Journal des entreprises

C’est un « pépin physique » qui a conduit Alexandre Guillaume à changer ses plans de carrière. Cet ancien rugbyman professionnel a en effet été contraint de laisser tomber en 2010 le maillot du Racing 92 pour aujourd’hui mouiller celui de l’entrepreneur. Avec son frère Thibault, il a en effet créé en septembre 2018 Five A Day, une société de livraisons de fruits frais et secs en entreprise, qu’il développe depuis Le Mans. « Dans certains pays, le petit-déjeuner est offert par l’entreprise à ses collaborateurs. C’est l’occasion pour eux de développer de nouveaux échanges informels, autres que ceux autour de la machine à café et du cendrier, indique le créateur. Nous avons donc voulu inscrire ce constat dans un projet vertueux et à impact. » Ainsi, Five A Day propose aux salariés des entreprises des fruits de saison produits dans un rayon de 150 kilomètres autour du point de livraison. Les paniers sont constitués par un Esat local et livrés à vélo ou en véhicule électrique dans les entreprises. Des sociétés clientes situées au Mans, mais aussi à Orléans, où est basé Thibault Guillaume, et à Paris. « Notre cible est diversifiée. Nous fournissons des entreprises de 5 à 6 000 salariés dans l’industrie, la formation ou encore la communication. Nous livrons également tous les Zara de France en faisant appel à Chronopost Food. » Ainsi, la start-up revendique une centaine de livraisons hebdomadaires, dont une trentaine effectuée au Mans. Pour son premier exercice, elle ambitionne ainsi 200 000 euros de chiffre d’affaires et annonce déjà dégager un résultat tous les mois. En 2020, Five A Day entend même monter une marche en visant le million d’euros.

10 levées de fonds

Pour y parvenir, l’entreprise mancelle veut déployer son concept en s’implantant dans les 10 plus grandes villes françaises pour y ouvrir des filiales locales. « Nous reproduirons notre écosystème, avec une personne sur place qui sélectionnera les producteurs locaux et des livreurs à vélo indépendants pour assurer la remise des paniers. » Un développement qui va toutefois nécessiter une levée de fonds de 1,2 million d’euros. « Nous ne nous installerons pas en une fois dans 10 villes, ce serait suicidaire ! Ce sera au rythme d’une par trimestre, en ouvrant le capital à chaque fois auprès de business angels locaux », dévoile Alexandre Guillaume. Ainsi, chaque implantation demandera de trouver 70 000 euros auprès d’investisseurs du cru, appuyée par un financement bancaire local de 50 000 euros. Des sommes plus simples à réunir auprès de business angels qui, eux, diversifieront leurs risques en investissant dans la filiale locale de Five A Day, sa holding et sa filiale grands comptes. En attendant de mailler le territoire national, Alexandre Guillaume mûrit d’autres projets. Five A Day pourrait en effet prochainement livrer du café en grains pour alimenter les machines des entreprises. « Nous avons rencontré un torréfacteur qui importe son café en voilier ! Cela cadre avec notre démarche. » Un nouveau service qui pourrait ainsi imposer davantage Five A Day dans les salles de pause des entreprises.

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail