Sarthe

Industrie

Posson Packaging vient de clore son quinzième bilan carbone

Par Charlotte de Saintignon, le 28 novembre 2022

Quinze bilans carbone et 8 rapports RSE ont permis à la PME sarthoise Posson Packaging de diviser par deux son impact carbone depuis 2008.

Posson Packaging a adopté les bonnes pratiques pour ne pas gaspiller.
Posson Packaging a adopté les bonnes pratiques pour ne pas gaspiller. — Photo : Simon Lagoarde

Pour Posson Packaging, entreprise industrielle sarthoise qui fabrique 1,5 million d’emballages chaque jour, participer au Grand défi pour la planète "n’est pas un grand défi car nous avons déjà réduit de 50 % notre impact carbone depuis 2008, assure Sylvie Casenave-Péré, sa présidente. Si l’on n’adopte pas une attitude vertueuse dans l’ADN de son entreprise, il est difficile de survivre". L’entreprise n’a de cesse d’investir dans de nouvelles machines pour réduire son impact carbone. Dès lors, pourquoi souhaiter participer au Grand défi ? "Cela permet à l’entreprise de se challenger, de s’évaluer et de communiquer car il n’est pas simple d’avancer tout seul", reconnaît-elle. Pour y parvenir, la PME de 115 collaborateurs, qui réalise 30 millions d’euros de chiffre d’affaires, a déjà à son actif 15 bilans carbone et établi huit rapports RSE.

Rester attractif et fidéliser

"À notre modeste échelle, nous avons adopté de bonnes pratiques". Et ce, depuis que la dirigeante a repris l’entreprise en 1995, l’orientant tout de suite dans une démarche tournée vers la qualité et l’environnement, avec une certification Iso 14001. Dès l’année suivante, à la suite d’un audit environnemental de ses trois usines, elle en ferme deux et adapte la troisième afin qu’elle puisse traiter le recyclage de ses déchets, "ces matières premières secondaires que l’on ne gaspille pas", passe à l’encre végétale en 2004. Une démarche qui paie puisque l’entreprise a réussi à rester attractive et à fidéliser clients et fournisseurs, de grandes multinationales telles que les groupes Bel ou LDC. Spécialisée dans les emballages pour l’hygiène santé et l’agroalimentaire, par éthique, la PME se prive de certains marchés comme ceux du luxe ou de la parfumerie : "Nous faisons des emballages utiles", conclut sa présidente.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition