Maine-et-Loire

Ameublement

Porté par la cuisine équipée, Neoform étend son usine choletaise

Par Florent Godard, le 07 mai 2021

Neoform Industries va investir près de 4 millions d’euros pour étendre et moderniser son usine de Cholet. Nouveau marché, la livraison-pose de cuisines équipées à destination des promoteurs immobiliers lui ouvre de belles perspectives.

Jean-Philippe Sourice, directeur financier du groupe Neoform (à droite), et Thierry Davy responsable du projet industriel du fabricant de meubles choletais.
Jean-Philippe Sourice, directeur financier du groupe Neoform (à droite), et Thierry Davy responsable du projet industriel du fabricant de meubles choletais. — Photo : Florent Godard

Fabricant de meubles de cuisine et de salle de bains, Neoform Industries (210 salariés dont 130 à Cholet, 28,5 M€ de CA) mise sur un nouveau marché. Depuis 2020, l’entreprise offre une formule "livraison-pose" de cuisines équipées aux promoteurs immobiliers, via sa marque Pyram Habitat. "Jusqu’ici, les promoteurs installaient un meuble sous évier temporaire dans les logements mais, de plus en plus, ils réclament directement une cuisine aménagée durable pour leurs clients", note Jean-Philippe Sourice, directeur administratif et financier du groupe Neoform. Un segment porteur. "Alors que le marché du meuble est resté stable entre 2018 et 2020, la cuisine équipée tire son épingle du jeu avec une progression de 3 %", ajoute-t-il.

Pyram Habitat s’ajoute aujourd’hui aux autres marques que l’industriel utilise en fonction de ses clientèles : Neova pour la distribution aux professionnels (via les réseaux Artipôle, Point.P, etc.), Kalys pour les grandes surfaces de bricolage ou GSB (M.Bricolage, Castorama…), une autre marque encore pour les cuisinistes indépendants…

30 embauches en 6 mois

La nouvelle activité a déjà créé 12 emplois (poseurs, chargé d’affaires…) et 10 embauches de plus sont prévues à moyen terme. Les retombées dépassent le siège choletais, qui fabrique des meubles en kit, mais aussi des composants pour d’autres sites du groupe comme les ateliers vendéens de Saint-Michel-Mont-Mercure (fabricant de plans de travail) et de La Flocellière, où sont montés les meubles des cuisines équipées Pyram Habitat. Là-bas, l’usine a récemment doublé ses équipes de 19 à 38 salariés, afin de passer en 2X8.

Nouvel entrepôt logistique

À la fois pour se moderniser et capter ce nouveau marché, Neoform a décidé d’investir 3,8 millions d’euros sur le site de Cholet (dont 300 000 € via une subvention du plan de relance). Un site de 10 000 mètres carrés aujourd’hui. Il s’agira entre autres d’étendre l’usine en construisant un nouvel entrepôt logistique de 2 000 m², à partir de début 2022. "Mais aussi d’optimiser les flux, en déplaçant par exemple les quais de chargement poids lourds, de l’espace de production vers l’entrepôt", indique Thierry Davy, responsable du projet industriel. Au programme encore : l’ajout de nouvelles machines dont une ligne d’emballage robotisée, - de la fermeture des colis à la mise en palette - en cours d’installation.

Capter 7 millions d’euros de chiffre d’affaires en plus

Le marché de la promotion immobilière "pourrait générer 1,5 million d’euros de chiffre d’affaires en 2021 puis 7 millions en 2024", pronostique Jean-Philippe Sourice. D’ici là, Neoform Industries espère aussi grappiller des parts de marché sur les ventes de meubles de salle de bains Neova, en améliorant le design et les coûts de revient. Le business plan anticipe un petit boom (jusqu’à 37 M€ de CA d’ici 2024).

Depuis 2017, l’activité avait stagné mais la PME a nettement amélioré sa rentabilité, enregistrant en 2019 sa meilleure performance depuis 10 ans (avec 3 M€ d’Ebitda et 1,1 M€ de résultat net). "Une performance obtenue, notamment, en évitant de se positionner sur des marchés de gros volumes à prix tirés, pour les grandes surfaces de bricolage ou la sous-traitance pour des industriels du meuble. Des contrats soit arrêtés ou dont les tarifs ont été revus à la hausse", indique le DAF du groupe. Présidé par Michel Resseguier, le groupe Neoform, qui inclut un autre concepteur-fabricant de cuisines et salles de bains basé dans le Cantal, vise les 50 millions d’euros de chiffre d’affaires d’ici 2024.

Jean-Philippe Sourice, directeur financier du groupe Neoform (à droite), et Thierry Davy responsable du projet industriel du fabricant de meubles choletais.
Jean-Philippe Sourice, directeur financier du groupe Neoform (à droite), et Thierry Davy responsable du projet industriel du fabricant de meubles choletais. — Photo : Florent Godard

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail