Maine-et-Loire

Innovation

Podcast Nicolas Cruaud (Néolithe) : "Nous avons entre nos mains une nouvelle voie pour traiter les déchets"

Par Olivier Hamard, le 22 décembre 2021

La jeune entreprise angevine Néolithe a mis au point un procédé pour transformer par fossilisation les déchets ultimes et non recyclables en granulats utilisables dans le secteur de la construction. Elle ouvrira en 2023 une usine pour fabriquer des fossilisateurs qui seront ensuite livrés dans toute la France et à l’étranger.

Nicolas Cruaud, président de la jeune entreprise angevine Néolithe.
Nicolas Cruaud, président de la jeune entreprise angevine Néolithe. — Photo : RCF Anjou

Avec 35 collaborateurs, l’entreprise Néolithe, créée en 2019 et installée à Chalonnes-sur-Loire (Maine-et-Loire), fabrique les premiers fossilisateurs qui permettent de transformer les déchets non recyclables en granulats par un procédé de fossilisation que la jeune entreprise a développé. Ces déchets, qui sont habituellement incinérés ou enfouis, proviennent de la poubelle des particuliers ou de chantiers, comme certains bois, des isolants, des plastiques ou encore des moquettes. "Nous broyons ces déchets très finement pour les mélanger ensuite avec un liant spécifique et créer une structure inerte, un matériau dur avec des propriétés mécaniques prêt à être utilisé dans le secteur de la construction, explique Nicolas Cruaud, président de Néolithe. Nous sommes persuadés d’avoir entre nos mains une des nouvelles voies pour traiter les déchets."

Néolithe travaille actuellement sur deux niveaux, d’une part en R & D pour améliorer son produit et le destiner à de plus en plus d’usages, d’autre part en fabriquant des fossilisateurs, unités de production de granulats à partir de déchets : " Nous allons vendre ces fossilisateurs à des recycleurs, des constructeurs ou des carriers qui veulent produire des granulats à partir de déchets. Nous avons vocation à créer ces petites usines ici, en Maine-et-Loire, pour les exporter ensuite partout en France et à l’étranger." Pour cela, Néolithe va construire à partir de 2022, sur un site de 11 hectares, une unité de fabrication à Beaulieu-sur-Layon, qui sera opérationnelle mi-2023 et devrait produire dans un premier temps une cinquantaine de fossilisateurs par an. À l’horizon 2024, le site, qui accueillera l’usine, le siège et les laboratoires, devrait employer 300 à 400 personnes. La jeune entreprise envisage une levée de fonds de 15 millions d’euros en février 2022, avant un autre tour de table l’année suivante ou en 2024 qui devrait avoisiner les 100 millions d’euros.

Retrouvez l’interview de Nicolas Cruaud, président de Néolithe, dans l’émission Le Journal des Entreprises, sur RCF :

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition