Automobile

Les voitures de course de Funyo quittent la Bretagne et s'installent au Mans

Par Cédric Menuet, le 11 février 2021

Le constructeur de véhicules de course Funyo quitte l'Ille-et-Vilaine pour implanter son atelier au Mans. L'entreprise entend ainsi profiter de la dynamique locale du sport automobile pour se développer.

Reprise en 2018 par Romain Angebeau, le constructeur de véhicules de compétition Funyo s'installe au Mans.
Reprise en 2018 par Romain Angebeau, le constructeur de véhicules de compétition Funyo s'installe au Mans. — Photo : Cédric Menuet

Depuis décembre dernier, Romain Angebeau et son équipe assemblent leurs prototypes de course Funyo SP 05 dans leur nouvel atelier d’Allonnes, en périphérie du Mans. Le chef d’entreprise a en effet pris possession d’un local de 1 000 m² dont l’achat et l’aménagement sont estimés à plus de 500 000 euros, soutenus à hauteur de 65 000 euros par Le Mans Métropole. " Venir au Mans nous permet de nous rapprocher de certains clients et de profiter de la dynamique locale du sport automobile ", indique Romain Angebeau.

Ancien salarié du bureau d’études de Ligier au Mans, il a repris en 2018 Funyo qui était jusqu’à présent installée à Étrelles, près de Vitré, en Ille-et-Vilaine. L’entreprise est spécialisée dans la conception et la fabrication de véhicules de compétition pour une clientèle d’écuries de course et de particulier. " Nous proposons un seul modèle, que nous fournissons prêt à rouler, abordable en termes de prix. 95 % de nos pièces sont françaises, et nous faisons à présent appel à la sous-traitance du bassin du Mans. " Comptant deux salariés, Funyo a ainsi livré 13 véhicules en 2020, réalisant un chiffre d’affaires de 800 000 euros.

Exporter le modèle

En s’installant au Mans, Romain Angebeau se rapproche également de la société Sagcom. Ce spécialiste de l’événementiel organise en effet les deux championnats, Sprint Cup et Endurance Cup où courent les voitures Funyo. Des compétitions créées par Romain Angebeau qui se déroulent sur les principaux circuits automobiles français à raison de six courses annuelles pour chacun de ses championnats. Un rythme qui devrait être réduit en 2021 compte tenu de la crise sanitaire. " Avec les restrictions sur les loisirs, nos clients consacrent moins de budget à la course. Pour l’achat d’une voiture, ils sont aussi plus longs à se décider ", souligne le chef d’entreprise qui estime assembler seulement cinq véhicules cette année. Malgré ce contexte, Romain Angebeau entend développer Funyo à l’international en s’appuyant sur le coût raisonnable de la voiture et de ses championnats. Un modèle que son dirigeant voudrait exporter en Europe et en Asie.

Reprise en 2018 par Romain Angebeau, le constructeur de véhicules de compétition Funyo s'installe au Mans.
Reprise en 2018 par Romain Angebeau, le constructeur de véhicules de compétition Funyo s'installe au Mans. — Photo : Cédric Menuet

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail