Sarthe

Industrie

Les automates de Deenova France veulent s'ouvrir aux pharmacies de ville

Par Olivier Hamard, le 01 avril 2022

<p>La société sarthoise Deenova France, qui produit des automates pour sécuriser le circuit des médicaments dans les établissements de soin, veut aussi adresser le marché des pharmaciens de ville.  </p>

Loïc Bessin a créé Eco-Dex en 2010, devenu Deenova France depuis son rapprochement en 2017 avec la société italienne Deenova.
Loïc Bessin a créé Eco-Dex en 2010, devenu Deenova France depuis son rapprochement en 2017 avec la société italienne Deenova. — Photo : Olivier Hamard

Installée à la Milesse, au nord du Mans, la société Deenova France a mis au point sa troisième génération d’automates qui permettent la dispensation nominative des médicaments pour les patients hospitalisés et éviter ainsi l’iatrogénie médicamenteuse (effets indésirables provoqués par la prise d’un ou plusieurs médicaments, NDLR). "C’est la conséquence d’une erreur dans le circuit du médicament dans un hôpital qui va de la prescription du médecin jusqu’à l’administration par l’infirmier ou le soignant en passant par la dispensation par le pharmacien, explique Loïc Bessin, fondateur de Deenova France. Cette iatrogénie engendre entre un million à un million et demi de nuits supplémentaires dans les hôpitaux chaque année et entre 5 000 et 10 000 décès. Dans les hôpitaux, on estime les erreurs à 7 % le jour et jusqu’à 15 % la nuit et au petit matin." Pour réduire ces chiffres, le dirigeant de La Milesse a donc eu l’idée de créer une machine qui constitue dans la pharmacie de l’établissement les doses unitaires tracées, à partir de la prescription, et conditionne les médicaments pour chaque patient. Sorti en 2011, l’automate a été commercialisé pendant plusieurs années puis revisité en 2016 avant qu’une troisième génération ne soit mise sur le marché en 2018, cette fois avec différents modules évolutifs permettant de proposer des machines plus petites et moins chères. "Nous sommes descendus de plus de 600 000 euros à environ 350 000 euros, indique le dirigeant, un tarif d’accès plus compatible avec le système hospitalier." Une machine permet de préparer quotidiennement avec des médicaments sous blister les traitements de 350 patients. L’entreprise sarthoise de 28 personnes assure la maintenance des équipements qu’elle peut aussi assister à distance, directement depuis ses locaux de La Milesse. Plusieurs automates ont aussi été vendus à l’étranger, en Pologne, en Espagne ou encore au Koweït.

8 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2022

Pour fabriquer ses machines, la société Deenova France, adossée à la société italienne Deenova, a choisi d’externaliser la production, majoritairement dans la région. Pour ce faire, elle entend s’appuyer sur le savoir-faire industriel de l’entreprise Le Pratique, spécialisée dans l’usinage et l’assemblage, reprise par Loïc Bessin en 1998 et installée dans le même ensemble de bâtiments. En 2020, Deenova France a réalisé plus 6 millions d’euros de chiffre d’affaires et devrait atteindre 8 millions d’euros en 2022. Avec peu de certitudes pour les années suivantes, les décisions dans le secteur public hospitalier étant très liées aux politiques de santé et aux changements de directions dans les établissements. Aussi l’entreprise sarthoise prospecte-t-elle déjà pour les années 2024, 2025 et même 2026, et cherche aussi à investir de nouveau marchés. "Nous avons proposé une machine pour les pharmacies de ville, indique Loïc Bessin. Beaucoup d’entre elles préparent et livrent les doses de médicaments pour les patients des ehpad. Nous pouvons être leur outil dans le circuit de sécurisation du médicament. Or, il y a actuellement 600 000 lits d’ehpad en France et le nombre va augmenter." Parallèlement, Deenova France continue d’améliorer la troisième version de son automate à destination des hôpitaux. "Nous sommes actuellement dans une soixantaine d’établissements en France sur environ 500, conclut Loïc Bessin. Nous avons encore de la marge."

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition