Angers

Santé

L'entreprise angevine Physidia lève 15 millions

Par la rédaction, le 05 octobre 2016

L'entreprise basée à Angers, Physidia, spécialiste de l’hémodialyse à domicile, avec une technologie unique permettant aux patients de recouvrer autonomie et mobilité, vient de lever 15 millions d’euros afin d’accélérer son développement.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

C’est peut-être un moment important pour les personnes souffrantes d’insuffisance rénale terminale. L’entreprise angevine Physidia, créée par Michel Houdou, qui a conçu un système d’hémodialyse à domicile, vient de boucler une levée de fonds de 15 millions d’euros. Le tour de table vient d’être élargi avec l’entrée d’un family office, "composé d’entrepreneurs ayant déjà réussi un succès international avec des équipements médicaux", fait savoir un communiqué de l’entreprise. Pour la société de 16 salariés, cette levée de fonds doit permettre « d’accroître son développement national et son déploiement à l’international ».

« Ce partenariat est à la fois financier et industriel, car ce fonds familial est composé d’entrepreneurs ayant déjà réussi un succès international avec des équipements médicaux de grande précision, précise Michel Houdou, le fondateur. Leur apport stratégique et leur expérience en lancement de nouveaux produits médicaux à l’international nous seront d’une grande aide en cette période charnière de lancement de S3 en Europe et en attendant la certification de la FDA pour adresser le marché américain à moyen terme ».

« Le système favorise la réinsertion sociale »

Cent patients utilisent actuellement chez eux ce système baptisé S3. L’innovation est loin d’être anecdotique puisque 43 000 personnes sont dialysées chaque année en France.

Concrètement, la machine de 23 kg est connectée à une centrale de télésurveillance médicale, et réalise le traitement en autonomie. Limitant ainsi les déplacements hebdomadaires dans les centres médicaux, le traitement est désormais quotidien et plus court : deux heures, contre quatre actuellement. Surtout, il est réalisé par le patient lui-même. Et chez lui. « Le système favorise la réinsertion sociale et professionnelle, assure-t-on chez Physidia, approche difficilement envisageable pour les patients en centre de dialyse.

À sa création en 2011, Physidia a été accompagnée dans son financement par Sodero Gestion, filiale de la Caisse d’Epargne Bretagne-Pays de la Loire et Ouest croissance, qui regroupe les trois Banques Populaires du Grand Ouest, BPIFrance, la région Pays de la Loire et Angers Loire métropole. La société angevine est une émanation de Creative Eurecom, filiale d’OEM Développement, présidée également par Michel Houdou.

En 2015, Physidia a réalisé 2 085 400 euros de chiffre d’affaires et accuse 2 324 200 euros de perte pendant le dernier exercice, clos en mars 2016. Le modèle économique repose sur la commercialisation de S3 et de ses équipements, tels que les consommables stériles.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail