Mayenne

Métallurgie

L'école de production en serrurerie-métallurgie Metallik Vallée prête à accueillir ses élèves

Par Rémi Hagel, le 18 janvier 2022

Metallik Vallée Sud-Mayenne voit le jour à Château-Gontier-sur-Mayenne. Cette école de production en serrurerie-métallurgie est créée à l’initiative de quatre entreprises, soutenues par les collectivités. Le recrutement de douze jeunes est ouvert pour ce CAP qui démarrera en septembre. Une pédagogie : faire pour apprendre. La formation sera gratuite.

Hugues Le Guével, directeur, et Benoît Blondeel, maître pro, de Metallik Vallée Sud-Mayenne.
Hugues Le Guével, directeur, et Benoît Blondeel, maître pro, de Metallik Vallée Sud-Mayenne. — Photo : Rémi Hagel

L’atelier de 373 m² s'est rempli progressivement. Ce 12 janvier 2022, une presse plieuse est livrée. Elle prend place à côté de la machine de découpe plasma et des postes à souder. Les élèves de l’école Metallik Vallée Sud-Mayenne vont utiliser ces outils d’atelier de métallerie pour apprendre leur futur métier, tout en répondant à de vraies commandes. "On devra faire en sorte que l’école soit rentable, et être à l’équilibre" explique son directeur Hugues Le Guével. Pour les trois premières années, Metallik Vallée bénéficie de financements de BPI France dans le cadre du plan de relance, ainsi que d’une subvention de Total Énergies, partenaire de la Fédération nationale des écoles de production.

Salle de cours dans l’atelier

L’école de production est privée, sous statut associatif, mais gratuite. Caisse à outils, ordinateur, protections seront fournis aux élèves. "On propose une troisième voie de formation pour des jeunes intéressés par la métallerie". À la différence de l’apprentissage qui implique un moyen de locomotion entre l’entreprise et le centre de formation, Metallik Vallée réunit tout au même endroit : une salle de cours type Algeco est installée dans l’atelier. Les élèves y passeront 40 % de leur temps pour suivre des matières générales. Et 60 % dans l’atelier : "Ils vont apprendre en faisant". Et à la différence d’un lycée professionnel, la pratique sera directement liée à une activité économique. Il faudra produire de la qualité dans les conditions du marché. "Nous ne sommes pas concurrents de l’Éducation nationale. Le lycée convient à l’immense majorité des élèves, les résultats au bac le prouvent. On sera adapté à un autre type de jeunes" justifie Hugues Le Guével, lui-même enseignant du public, en disponibilité. L’école s’adresse à des jeunes qui sortent de 3e.

L’implication des PME

À l’origine du projet, quatre entreprises de métallurgie de Château-Gontier : Serru, Fast Metal, Sodistra et Maisonneuve. Elles ont trouvé écho auprès des élus de la communauté de communes et du Conseil régional. L’Education nationale les accompagne également. Les PME apportent un soutien logistique et humain gracieux. Maisonneuve a assuré la livraison de la presse gratuitement, et partagera des services informatiques ; Sodistra se chargera du site web et de la recherche d’investisseurs. Quant à Serru et Fast Metal, "ce sont nos premiers clients !" Déjà, le maître pro Benoît Blondeel réalise une première commande pour Serru (son ancien employeur), avec une stagiaire. Histoire de mettre les outils et l’école en route, et d’accueillir des stagiaires.

L’intérêt des entreprises : créer un vivier d’excellence pour leurs recrutements à venir. C’est un investissement à long terme : les jeunes pourront chercher du travail après leur CAP de deux ans, ou après le bac Pro, deux ans plus tard. Une première classe ouvre cette année, mais à terme, l’école comptera quatre classes sur ces quatre niveaux, soit 48 apprenants. Pour cela, en 2024, elle aura déménagé dans des locaux plus grands.

L’école est ouverte jusqu’en juillet,. "Nous proposons aux collégiens de venir en immersion, notamment dans le cadre des stages en entreprises, pour qu’ils voient si ça va leur plaire". Le Covid-19 perturbe les prévisions, mais Hugues Le Guével veut en faire un atout : "Si certaines entreprises disent non pour le stage, nous, nous sommes là !"

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition