Maine-et-Loire

Emploi

Le Saumurois, futur territoire zéro chômeur de longue durée

Par Olivier Hamard, le 24 juin 2020

Un projet de territoire zéro chômeur de longue durée est actuellement en cours d'élaboration dans l'agglomération de Saumur, avec l'objectif de créer environ 80 postes en CDI pour des personnes très éloignées de l'emploi. 

Sandrine Vantrimpont, cheffe de projet, aux côtés de Patrice Paye et Catherine Robineau, président et vice-présidente de l'association Territoire zéro chômeur de longue durée du Saumurois.
Sandrine Vantrimpont, cheffe de projet, Patrice Paye et Catherine Robineau, président et vice-présidente de l'association TZCLD du Saumurois. — Photo : Olivier Hamard JDE

En Saumurois, malgré une interruption de deux mois en raison de la crise sanitaire, le projet de Territoire zéro chômeur de longue durée (TZCLD)  se poursuit. « La réflexion est menée dans le Saumurois depuis deux ans et demi, confie Patrice Paye, ancien cadre de l’entreprise saumuroise SKF et président de l’association créée pour ce projet en septembre 2019. Pour répondre à l’appel à candidature national qui devrait être lancé cette année, nous travaillons sur les bases de ce qui a pu se faire à Mauléon, dans les Deux-Sèvres, et dans neuf autres territoires en France ». « Dans un premier temps, complète Catherine Robineau, vice-présidente de l’association, il s’agissait de créer le consensus avec tous les acteurs locaux pour que les entreprises soient également partie prenante de cette aventure. Nous travaillons aussi très étroitement avec la communauté d’agglomération Saumur Val de Loire. »

Deux quartiers de Saumur et la ville de Montreuil-Bellay

Ce futur Territoire zéro chômeur de longue durée a été défini à l’échelle de l’agglomération, incluant deux quartiers de Saumur et la ville de Montreuil-Bellay. « Cela représente environ 350 personnes très éloignées de l’emploi, précise Sandrine Vantrimpont, cheffe de projet TZCLD en Saumurois. Pour exemple, à Mauléon, la moyenne de durée de chômage des personnes employées est de 54 mois. Sur les 350 personnes recensées, environ 25 % participeront, soit autour de 80. Nous allons les intégrer à l’aventure et définir avec elles les activités potentielles, par exemple dans les secteurs des services, du recyclage, du paysage ou du tourisme. »
L’objectif final est la création d’une EBE, entreprise à but d’emploi : sans but lucratif, financée par des fonds publics et la rémunération de ses activités, elle embauchera les personnes en CDI à temps plein ou partiel, selon leur souhait, et ne devra pas se substituer aux emplois existants sur le territoire.

Évaluer les besoins des entreprises et des collectivités

Parmi les personnes privées d’emploi depuis plusieurs années qui ont été contactées, plus de cinquante sont prêtes à participer à la création de cette EBE sur le territoire saumurois. Juste avant le confinement et pour certaines depuis ce mois de juin, elles ont toutes été reçues en entretien individuel. Leurs savoir-faire et leurs compétences ont été identifiés. « Cet été, nous allons créer avec ces personnes des groupes de travail plus thématiques, ajoute Sandrine Vantrimpont, pour aller à la rencontre d’entreprises et des collectivités pour répertorier tous les emplois utiles et non concurrentiels qui pourraient être pourvus. Nous invitons aussi les entreprises du territoire à venir vers nous, pour évaluer ensemble si des travaux ou des besoins, qui ne sont actuellement pas satisfaits, peuvent faire l’objet d’une collaboration avec l’EBE que nous allons créer. Certains de ces besoins peuvent d’ailleurs avoir émergé depuis la crise sanitaire. »

Le 10 juin, une proposition de loi a été déposée, qui devrait être soumise au parlement à partir de la rentrée de septembre pour être votée avant fin 2020. Elle déterminera le nombre de projets retenus et l’enveloppe permettant leur financement. Avant la crise sanitaire, une centaine de territoires en France envisageaient de répondre à l’appel à candidature national. Moins de la moitié, soit une quarantaine, pourrait être sélectionnée. « Nous mettons tous les atouts de notre côté, affirme Patrice Paye. Notre tour de table est solide, avec un soutien appuyé de la collectivité et nous avons aussi choisi de suivre la formation proposée au plan national pour monter notre projet. » L’association saumuroise espère bien être retenue parmi les lauréats et ouvrir son entreprise à but d’emploi début 2021.

Sandrine Vantrimpont, cheffe de projet, aux côtés de Patrice Paye et Catherine Robineau, président et vice-présidente de l'association Territoire zéro chômeur de longue durée du Saumurois.
Sandrine Vantrimpont, cheffe de projet, Patrice Paye et Catherine Robineau, président et vice-présidente de l'association TZCLD du Saumurois. — Photo : Olivier Hamard JDE

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail