Le Mans

Sport

Le Mans FC : Troisième mi-temps financière

Par Cédric Menuet, le 08 novembre 2013

Avec la fin du club de football professionnel du Mans, l'heure des comptes a sonné. Outre les créanciers du Mans FC, la ville doit elle aussi mettre la main à la poche.

Avec la fin du club de football professionnel du Mans, l'heure des comptes a sonné.
Avec la fin du club de football professionnel du Mans, l'heure des comptes a sonné. — Photo : Cédric Menuet - Le Journal des entreprises

C'est la fin d'un feuilleton de deux ans. Le 15 octobre, le Tribunal de commerce du Mans a prononcé la liquidation judiciaire de la société anonyme sportive professionnelle (SASP) et de la société commerciale Le Mans FC MCO. Ces deux entités qui constituaient le club de football du Mans employaient chacune une trentaine de salariés. Le Mans FC, qui accuse un déficit de 14,5 millions d'euros, était en effet placé, depuis fin août, en redressement judiciaire. Suite à sa rétrogradation sportive en Nationale à l'issue de la saison, puis administrative en CFA par la Fédération française de football, le club a multiplié cet été les recours pour maintenir son statut professionnel. En vain. Reste la question de ses créances. Car outre l'Ursaaf et ses fournisseurs, l'exploitant du stade MMArena Le Mans Stadium lui réclame le versement de plusieurs mois de loyers impayés. Cette filiale de Vinci est également en droit de demander à la ville du Mans une indemnité afin de compenser le manque à gagner lié à la disparition du club.

Compensation financière

Conçu pour un club de Ligue 1 à même d'acquitter un loyer annuel de 3 millions d'euros, le MMArena doit faire face un manque à gagner depuis sa livraison en 2011. Même revu à la baisse à plusieurs reprise, le loyer du stade n'a jamais été totalement honoré par Le Mans FC. Or, le contrat passé entre Vinci et la ville du Mans lors de sa construction prévoit le versement par la collectivité à l'exploitant d'une compensation financière en cas de relégation ou disparition du club résident. Pour 2013-2014, c'est l'enveloppe de 450 000euros, correspondant à l'indemnité de rélégation en Ligue 2, qui a été reconduite. Les deux parties négocient actuellement la compensation définitive de la disparition du club. Un caillou dans la chaussure du maire sortant Jean-Claude Boulard qui constitue déjà l'un des dossiers clé des prochaines élections municipales au Mans.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition