Services

Le Mans : Datagrex et son data-center montent en puissance

Par Cédric Menuet, le 02 juin 2016

Deux ans après son rachat, le data-center du Mans augmente ses capacités d'hébergement tout en ciblant de nouveaux clients.

Louis Guyenot, directeur technique de Pentasonic à Nantes, et Laurent gayet-Métois, d'Oceanet Le Mans, ont repris conjointement Datagrex en 2014.
Louis Guyenot, directeur technique de Pentasonic à Nantes, et Laurent gayet-Métois, d'Oceanet Le Mans, ont repris conjointement Datagrex en 2014. — Photo : Cédric Menuet - Le Journal des entreprises

C'est un site sécurisé au coeur de la zone d'activité de Saint-Saturnin, au nord du Mans, où Datagrex stocke les données de ses clients. À l'intérieur, cinq containers aménagés pour accueillir des serveurs informatiques. Les trois dernières boîtes sont arrivées en mars. Chacune d'entre-elles pouvant accueillir 8 baies informatiques, ces armoires techniques qui renferment les précieux serveurs. « En fin d'année quand le cinquième container sera aménagé, nous disposerons de 40 baies sur le site », indique Laurent Gayet-Métois, patron d'Océanet (2,7 M€ 20 salariés) à Sargé-Lès-Le Mans et co-dirigeant de Datagrex. Chaque container est organisé comme une salle autonome sécurisée avec ses propres systèmes anti-feu et de rafraîchissement des serveurs. « Il est plus facile et plus économique de rafraîchir un container qu'une salle entière. C'est cette idée qui a permis à Pascal de Rienzo, le créateur de Datagrex, de lancer l'activité. »

Hébergement vert
Ce dernier dirigeait alors DRI au Mans, une société d'hébergement de données. En 2010, il crée Datagrex afin de disposer d'une capacité de stockage localement. L'originalité du projet résidant dans la suppression des systèmes traditionnels de climatisation pour rafraîchir les salles. Datagrex utilisant un procédé adiabatique aspirant l'air chaud à travers un filet d'eau qui permet ainsi de le refroidir d'une dizaine de degrés. Les serveurs sont ainsi maintenus à 25º. « Le traitement de l'air par climatisation et son entretien sont coûteux avec un prix forcément répercuté sur le client. Nous proposons une meilleure maîtrise de cette énergie », souligne Laurent Gayet-Métois. L'entrepreneur Sarthois est monté au capital de Datagrex en 2014, avec la société nantaise Pentasonic (10 M€ de CA, 42 salariés). Celle-ci reprenant à l'époque l'intégralité des parts de DRI. Aujourd'hui, Datagrex héberge les données de 6.000 entreprises et dégage sur son deuxième exercice un chiffre d'affaires de 130.000 euros. Afin de poursuivre sa montée en puissance, l'entreprise se positionne sur l'hébergement de données sensibles, type données de santé. Le container numéro 5 étant en cours d'aménagement à cette fin. Outre la vidéosurveillance, il sera équipé d'un accès par badge individuel, y compris pour l'ouverture des baies, pour un maximum de traçabilité. Une offre premium censée amener de nouveaux clients et préparer l'avenir du data-center. « L'hébergement de données exige de plus en plus de procédures. Nous devons rentrer dans ces process pour l'avenir », précise Louis Guyenot, directeur technique de Pentasonic et co-dirigeant de Datagrex.

Datagrex


(Le Mans) www.datagrex.com

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail