Maine-et-Loire

Agriculture

Le grainetier la Ferme de Sainte-Marthe investit pour accroître son développement

Par Olivier Hamard, le 09 mai 2022

Fondée en 1974 dans le Loir-et-Cher avant de s’installer en 2006 à Loire-Authion, en Maine-et-Loire, La Ferme de Sainte-Marthe, qui produit et commercialise des graines potagères bio, investit deux millions d’euros dans un nouveau site, avec l’objectif d’étendre son activité.

Dominique Velé, cogérant de la Ferme de Sainte-Marthe, souhaite atteindre 50 % de production propre à l’entreprise dans le volume de graines vendu chaque année..
Dominique Velé, cogérant de la Ferme de Sainte-Marthe, souhaite atteindre 50 % de production propre à l’entreprise dans le volume de graines vendu chaque année.. — Photo : Olivier Hamard

Avec un catalogue de 1 400 références dont 1 200 de légumes, la Ferme de Sainte-Marthe participe à la préservation des variétés potagères. L’entreprise de Loire-Authion, qui emploie 45 personnes en équivalent temps plein, distribue, pour 90 % auprès de particuliers dans toute la France, des semences potagères et de fleurs bios via son site internet ou par correspondance. Le reste est vendu à des professionnels ou dans des magasins spécialisés " Nous en produisons nous-même un tiers, précise Dominique Velé, cogérant de la Ferme de Sainte-Marthe. Nous en faisons produire un autre tiers et le troisième tiers est acheté. Nous achetons principalement des graines que tous nos concurrents proposent déjà sur le marché. Tout ce que nous produisons ou faisons produire est bio, mais pas nécessairement ce que nous achetons car cela n’existe pas toujours. Dans ce cas, nous nous efforçons de le passer en bio au fur et à mesure." En investissant 2 millions d’euros dans de nouveaux locaux qui seront totalement opérationnels en septembre prochain, l’entreprise angevine veut monter en puissance et s’ouvrir plus largement au public avec de nouveaux produits. "Actuellement, nous disposons de 1 700 m2 de locaux, dont 700 m2 en mezzanine, et d’espaces de cultures, ajoute Dominique Velé. Nous allons tout regrouper sur un même site, avec 2 000 m2 au sol beaucoup plus fonctionnels au cœur de notre espace de production et un magasin qui ouvrira en février 2023. Nous allons aussi recruter 5 à 10 personnes."

6 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2021

L’entreprise possède également 6 hectares aux Ponts-de-Cé, en périphérie d’Angers, où elle envisage de produire aussi des plants, pour les proposer à la vente dans son futur espace ouvert au public. L’entreprise a en effet des velléités de diversification, pour étendre son activité et le Covid lui a donné des ailes : le grainetier a affiché un chiffre d’affaires de 6 millions d’euros en 2021, soit un tiers de plus que l’année précédente, avec plus de 2 millions de sachets de graines vendus. "Nous étions à 4 millions d’euros en 2019 et 3 millions d’euros en 2018, complète Dominique Velé. Nous avons bénéficié d’une forme de résilience du grand public, qui est en recherche de sens et de plus d’autonomie alimentaire. Mais nous serons en baisse cette année, car les gens vont recommencer à voyager, ressortir au restaurant et passer moins de gens chez eux." Une baisse que la Ferme de Sainte-Marthe enregistre déjà, puisque l’essentiel de son activité se concentre sur les deux mois de février et mars. L’entreprise angevine, qui pense revenir à un chiffre d’affaires plus proche de celui d’avant-crise, veut donc, en plus de la vente à distance, augmenter son nombre de références et la vente directe. Elle envisage dans son nouvel espace la commercialisation de plants, qu’elle effectue déjà mais modestement, mais également de légumes. Elle veut aussi augmenter la part de ses propres productions. "Nous travaillons sur un plan à 5 ans, explique Dominique Velé, et l’objectif est d’atteindre 50 % de graines commercialisées produites chez nous." L’entreprise aimerait également enrichir son catalogue de graines de fleurs bio, qui représentent aujourd’hui environ 200 références.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition