Santé

La machine de Creative Eurecom fabrique un médicament contre la mucoviscidose

Par Olivier Hamard, le 14 mai 2019

Après avoir conçu la machine Physidia, qui permet l’auto-dialyse à domicile, l’entreprise angevine Creative Eurecom a imaginé, en partenariat avec la société lyonnaise Alaxia, un appareil qui fabrique et délivre un médicament destiné aux personnes atteintes de mucoviscidose.

La machine Alaxia est fabriquée par Crossway Tecyhnology, une autre filiale du groupe OEM Development.
La machine Alaxia est fabriquée par Crossway Technologies, une autre filiale du groupe OEM Development. — Photo : Olivier Hamard JDE

Bientôt 10 ans après la première version de la machine Physidia, qui permet de réaliser une dialyse à domicile, le laboratoire Creative Eurecom, filiale du groupe angevin OEM Development (55 personnes pour 7,50 M€ de CA), a conçu Eol, un appareil qui permet de fabriquer et délivrer un médicament aux personnes atteintes de mucoviscidose. Première mondial, Eol est le fruit d’un partenariat étroit avec la société lyonnaise Alaxia.

Un médicament fabriqué en 15 minutes

Maladie génétique, la mucoviscidose empêche les poumons de sécréter des substances antimicrobiennes. La société Alaxia a isolé la substance permettant cette sécrétion et a trouvé la formule pour la refabriquer. « C’est un médicament à usage unique d’une durée de vie d’une demi-heure seulement, précise Michel Houdou, président fondateur d’OEM Development. Alaxia nous a demandé de concevoir une machine qui fabrique ce médicament au domicile du patient et l’administre par un nébuliseur. La machine est différente de Physidia, mais l’approche de la conception est la même. »

Le laboratoire Creative Eurecom et Alaxia ont donc œuvré ensemble étroitement pendant trois ans sur ce projet, supporté par des fonds européens et dans lequel 25 M€ sont engagés. « Eol est une mini-usine qui fabrique le médicament en 15 minutes, explique son chef de projet Julien Marine. Elle gère le brassage des composants, la température et toutes les phases du process sont sécurisées. S’il n’est pas utilisé, le médicament s’autodétruit au bout de trente minutes. »

200 exemplaires dans moins de deux ans

Michel Houdou est le président-fondateur du groupe angevin OEM Development.
Michel Houdou est le président-fondateur du groupe angevin OEM Development. - Photo : Olivier Hamard JDE

Il faudra encore quelques années pour que les patients atteints de mucoviscidose puissent utiliser Eol. Le procédé doit maintenant être validé par des essais cliniques qui débuteront cet été, menés en France et aux États-Unis. Pour cela, la machine va devoir être fabriquée en présérie par Crossway Technologies, une autre filiale du groupe angevin, à environ 200 exemplaires d’ici 12 à 18 mois. « Une vingtaine a déjà été produite, précise Michel Houdou, et nous allons peu à peu monter en puissance. Il nous faut également fabriquer 30 000 consommables à usage unique ».

Eol et le médicament qu’il fabrique pourraient être disponibles sur le marché en 2023 ou 2024. Dans ce secteur très exigeant, le temps de validation est en effet nécessairement long, d’autant qu’il n’existe pas non plus, actuellement, de cadre réglementaire autorisant l’élaboration d’un médicament à domicile. En attendant, Eol, qui pourrait permettre à l’avenir de traiter d’autres types d’affections pulmonaires avec des substances différentes, a été distingué, cet hiver, lors de sa première présentation, obtenant le prix de la réalisation remarquable au salon Global Industrie de Lyon.

La machine Alaxia est fabriquée par Crossway Tecyhnology, une autre filiale du groupe OEM Development.
La machine Alaxia est fabriquée par Crossway Technologies, une autre filiale du groupe OEM Development. — Photo : Olivier Hamard JDE

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.