Maine-et-Loire

BTP

La FFB de Maine-et-Loire s'inquiète pour l'avenir des entreprises du bâtiment

Par Olivier Hamard, le 17 janvier 2022

En Maine-et-Loire, le secteur du bâtiment lance un signal d’alarme sur les conséquences de l’augmentation du nombre de cas de Covid-19. Selon la Fédération française du bâtiment (FFB) 49, celle-ci entraîne une désorganisation dans les entreprises, déjà affectées par la hausse du prix des matériaux et les difficultés d’approvisionnement.

Le président de la FFB 49 Yannis Borjon-Piron s’alarme de l’augmentation du nombre de cas de Covid-19 dans un secteur du bâtiment déjà fragilisé par les difficultés d’approvisionnement et le surcoût des matériaux.
Le président de la FFB 49 Yannis Borjon-Piron s’alarme de l’augmentation du nombre de cas de Covid-19 dans un secteur du bâtiment déjà fragilisé par les difficultés d’approvisionnement et le surcoût des matériaux. — Photo : Olivier Hamard

Avec l’augmentation du nombre de cas contacts et de personnes positives au Covid-19, les absences se multiplient dans les entreprises. En Maine-et-Loire, la situation inquiète fortement le secteur du bâtiment, qui l’estime préoccupante et redoute son impact sur les clients des entreprises. "Actuellement, explique Yannis Borjon-Piron, président de la Fédération française du bâtiment (FFB) de Maine-et-Loire, les entreprises constatent une véritable recrudescence du nombre de collaborateurs absents et elles en souffrent. Cela génère d’importants bouleversements au sein de nos entreprises et sur tous les chantiers. Et ce, alors même que les carnets de commandes débordent et que l’activité est très soutenue." Une situation venant s’ajouter à la pénurie et à la hausse des coûts des matériaux et qui pourrait, selon le président de la FFB 49, "nuire à la pérennité des entreprises. Beaucoup jouent en ce moment leur avenir."

Un appel pour sensibiliser les clients

Inquiète, la FFB de Maine-et-Loire invite les clients des entreprises du secteur, du particulier aux maîtres d’ouvrage publics ou privés, à faire preuve d’une "nécessaire compréhension", et souhaite encourager la discussion et la négociation "pour trouver, ensemble, des solutions cohérentes de réalisation des chantiers." Yannis Borjon-Piron souhaite par ailleurs que des délais soient accordés par les clients pour l’exécution des chantiers et que ne soient pas attribuées de pénalités de retard. Concernant le prix des matériaux, qui connaissent une hausse importante depuis plusieurs mois, le président de la FFB de Maine-et-Loire juge également "indispensable d’accueillir toute demande de négociation constructive et justifiée visant à demander le juste partage de ces surcoûts", craignant que la situation n’entraîne "la mort assurée prochainement des entreprises, qui, avec des marges de l’ordre de 2 % en moyenne, arrivent à des pertes chroniques sur tous les chantiers réalisés."

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition