Mayenne

Industrie

La corderie Lancelin veut favoriser la R&D collaborative

Par Olivier Hamard, le 30 juin 2021

Lauréate de France Relance, la corderie mayennaise Lancelin nourrit le projet de créer un groupement d'intérêt économique qui permettrait aux entreprises de travailler sur des projets de R&D.

Nicolas Lancelin souhaite créer à Ernée, dans le nord Mayenne, un centre collaboratif de recherche et développement. 
Nicolas Lancelin souhaite créer à Ernée, dans le nord Mayenne, un centre collaboratif de recherche et développement.  — Photo : Olivier Hamard JDE

Implantée depuis quatre générations à Ernée, en Mayenne, la corderie Lancelin (6,2 M€ de CA en 2019, 35 salariés) assure la conception et la fabrication de cordages pour les secteurs du nautisme, de l’industrie et de la défense. Après la création d’une filiale en Australie en 2019, elle a récemment ouvert un concept store à Palma de Majorque, en Espagne. Elle souhaite désormais créer un Groupement d’intérêt économique (GIE) pour favoriser la R & D collaborative en Mayenne.

Du matériel de pointe

Porté par le président de l’entreprise familiale Nicolas Lancelin, ce groupement aurait pour objectif de faciliter l’aboutissement des projets R & D des industriels en copartageant des moyens techniques industriels de pointe et en mutualisant des ressources humaines. "C’est un projet en deux étapes, confie Nicolas Lancelin. Nous avons investi dans du matériel de pointe pour travailler sur des programmes de recherche, entre autres pour les secteurs de la défense et des nouvelles énergies, comme les cordages des futurs bateaux à propulsion vélique. Ce matériel ne servira pas tous les jours et il pourrait aussi être utilisé par d’autres entreprises pour des projets de R & D. Il peut également permettre à des élèves ingénieurs qui peinent à trouver des alternances ou des stages de travailler en recherche et développement."

La corderie Lancelin a en effet lancé un programme d’investissement de 2,5 millions d’euros, soutenu par le plan de relance à hauteur de 800 000 euros. Le matériel devrait être livré fin 2021 ou début 2022. "Ce sera un équipement quasi unique en France et en Europe", assure Nicolas Lancelin, qui souhaite que d’autres entreprises puissent aussi l’utiliser. "Laval Mayenne Technopole étudie la mise en place d’un projet collaboratif et nous avons le soutien de la communauté de communes, qui serait prête aussi à s’engager dans ce futur complexe R & D, qui pourrait s’installer dans un bâtiment ouvert aux entreprises. "Nous essayons de fédérer de grands noms de l’industrie qui ont besoin de R & D et des entreprises locales, dans le BTP ou la métallerie par exemple, montrent aussi de l’intérêt", assure Nicolas Lancelin.

Le GIE, tel que l’imagine Nicolas Lancelin, serait constitué d’industriels et d’élèves ingénieurs, et accessible aux adhérents qui feront intervenir des étudiants dans les projets de recherche. L’ambition est de rayonner nationalement et à moyen terme au niveau européen. " L’un des objectifs est aussi d’insuffler une dynamique supplémentaire au département et particulièrement dans le nord Mayenne. Nous avons du mal à recruter de jeunes ingénieurs et un projet comme celui-ci peut permettre de les attirer."

Nicolas Lancelin souhaite créer à Ernée, dans le nord Mayenne, un centre collaboratif de recherche et développement. 
Nicolas Lancelin souhaite créer à Ernée, dans le nord Mayenne, un centre collaboratif de recherche et développement.  — Photo : Olivier Hamard JDE

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail