Sarthe

Réseaux économiques

Interview Karel Henry (Medef Sarthe) : "Les besoins en recrutement ne vont pas diminuer dans les prochains mois"

Par Olivier Hamard, le 25 janvier 2023

À l’heure des vœux du Medef Sarthe, sa présidente Karel Henry revient sur la situation des entreprises en ce début 2023 et sur la manière dont l’organisation patronale accompagne ses adhérents. Dans le département, le Medef regroupe 1 200 adhérents en incluant ceux des branches professionnelles, dont 300 adhérents directs.

Karel Henry est présidente du Medef Sarthe depuis juillet 2019 et a été réélue pour un second mandat de trois ans en septembre 2021.
Karel Henry est présidente du Medef Sarthe depuis juillet 2019 et a été réélue pour un second mandat de trois ans en septembre 2021. — Photo : Cédric Menuet Le Journal des entreprises

Quelle est la situation actuelle des entreprises sarthoises ?

Nous sommes résilients, avec une envie d’avancer. Les carnets de commandes sont globalement bien remplis même si, en fonction des secteurs, il peut y avoir une légère baisse d’activité. Les problèmes de recrutement perdurent avec des entreprises qui, pour certaines, ajustent leur activité et leurs prises de commandes en fonction des effectifs. Il y a donc des choix qui sont faits ou qui vont être faits par manque de main-d’œuvre. Or, il est difficile de refuser des commandes car on est sur du court ou moyen terme. Les entreprises, pour une grande partie d’entre elles, ont une visibilité à 15 jours ou trois semaines, et c’est donc difficile de faire ce choix. Mais l’activité se maintient bien, avec des besoins en recrutement. Nous avons interrogé nos adhérents sur cette question et la plupart d’entre eux envisagent de recruter entre 1 et 15 salariés en 2023. Et ces besoins en recrutement ne vont pas diminuer dans les prochains mois. Les compétences représentent aussi un enjeu de pérennité et de développement des entreprises, avec la question d’évolution des métiers et de remplacement des personnes qui partent à la retraite. Le Medef accompagne ces problématiques, avec entre autres des événements qui visent à mettre en avant les savoir-faire et à rendre attractives les entreprises sarthoises et leurs métiers.

Le coût de l’énergie est-il un sujet préoccupant pour les entreprises ?

Un certain nombre de dispositifs a été mis en place, mais cela reste complexe, et des entreprises n’ont pas d’expert en interne. C’est donc le dirigeant qui se penche sur le sujet. Près de la moitié des adhérents que nous avons interrogés n’ont pas fait de simulation pour savoir s’ils avaient besoin d’une aide. Pour autant, beaucoup d’entreprises rencontrent des problèmes car elles ont, au mieux, négocié leur contrat sur 2022, avec un taux malgré tout élevé. Au pire, elles n’ont pas renégocié leur contrat. Elles vont le faire en 2023 avec une incertitude quant à une stabilisation, une hausse ou une baisse en fin d’année. Les dirigeants ont travaillé des budgets, ont engagé des investissements. Forcément, le début d’année peut être compliqué selon les activités des entreprises, notamment les plus énergivores, et le contexte peut laisser transparaître une certaine anxiété.

Cela va-t-il faire qu’ils seront plus frileux pour investir ?

Oui, d’autant que certaines entreprises ont contracté des PGE (prêt garanti par l’État) et que les échéances sont arrivées ou arriveront cette année. L’énergie est un poste qui augmente et quand cela n’a pas été anticipé au moment où vous avez contracté un PGE, cela fait revoir un peu le budget, avec des risques de tensions sur les trésoreries. Bon nombre de dirigeants ont des craintes concernant la trésorerie pour 2023. Au point que certaines entreprises demandent de décaler des échéances de remboursement de PGE. Ces problématiques amènent à revoir certains investissements. Il y a aussi d’autres sujets qui entrent en ligne de compte comme la transition énergétique ou le plan de sobriété.

Quelles sont les préoccupations du Medef Sarthe pour l’année à venir ?

L’emploi et l’accompagnement des entreprises sont deux sujets importants, comme l’est aussi la transition écologique. Concernant ce dernier sujet, les entreprises ont besoin de mobiliser tous leurs effectifs, et cela nécessite de définir une stratégie. Toutes les entreprises ne sont pas armées de la même manière pour mener un diagnostic, pour définir cette stratégie autour de la transition écologique et son impact. Elles ont besoin d’être accompagnées, d’être informées, d’être sensibilisées. Nous allons mettre en place des parcours pour qu’elles le soient, les mettre en relation avec des experts, de manière à mettre en place des actions et démontrer leurs effets.

Le Medef Sarthe a déménagé début 2023 dans de nouveaux locaux. Pourquoi ?

Nous nous sommes installés dans les locaux de la CCI 72 afin de pouvoir travailler avec les acteurs économiques et d’avoir une plus grande proximité. Cela a du sens, parce que la CCI porte un certain nombre d’actions auprès des entreprises du département et que cela permet à nos équipes de travailler étroitement avec eux sur des projets et des événements, avec une communication beaucoup plus fluide. Nous voulons réellement renforcer le collectif sur le territoire avec les différents acteurs.

Votre organisation est-elle également toujours présente avec de nombreux mandats dans différentes instances ?

Notre objectif, au travers de ces 160 mandats que nous gérons, est de représenter les entreprises dans ces instances et de porter la voix des dirigeants. Nous avons 70 mandataires bénévoles, qui sont souvent des experts sur les sujets qui leur sont donnés de traiter. Nous avons lancé un renforcement de l’accompagnement de nos mandataires et mis en place un plan de formation que nous allons renouveler cette année, pour qu’ils aient un niveau de formation actualisé en fonction des mandats qu’ils occupent, qu’ils soient le mieux armés pour occuper ce rôle.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition