Mayenne

Services

Imagin-VR développe ses salles immersives de réalité virtuelle pour entreprises

Par Rémi Hagel, le 12 mai 2022

Avec ses solutions de salles de réalité virtuelle immersives, la start-up mayennaise Imagin-VR a déjà séduit plus d'une centaine de petites et grandes entreprises (Engie, Lactalis, Bridor). En début d’année, elle a déposé un brevet pour sa Valise-VR, qui permet un déploiement plus léger. En croissance, elle va doubler son chiffre d’affaires.

Les systèmes Cave d’Imagin-VR permettent de s’immerger dans des prototypes de process industriels virtuels.
Les systèmes Cave d’Imagin-VR permettent de s’immerger dans des prototypes de process industriels virtuels. — Photo : Imagin-VR

Marc Douzon et Marc Travers ont créé Imagin-VR, concepteur et prestataire de services de vente et de location de systèmes de réalité virtuelle immersifs et interactifs, en 2018 à Laval (Mayenne). La start-up conçoit, vend ou loue notamment un système, baptisé Cube-VR, composé d'écrans formant un "caisson" où l’on projette des reproductions 3D de prototypes à taille réelle. C'est ce que l'on appelle un système Cave (pour Cave Automatic Virtual Environment).

Tester des prototypes

Cette technologie correspond à des attentes très précises des clients : avant de passer commande d'une nouvelle ligne de production, un industriel de l’agroalimentaire peut par exemple s’assurer qu’il sera dimensionné aux besoins des opérateurs. "Nous récupérons les plans, nous montons la salle immersive dans l’usine et nous faisons tester le prototype virtuel aux futurs opérateurs, aux personnes en charge de la maintenance, du nettoyage, etc. Ce sont eux qui aménagent", décrit le cogérant Marc Douzon. Les futurs utilisateurs peuvent ainsi proposer des points d’amélioration.

Avec ses solutions, la start-up s’est rendue indispensable à des clients bien plus gros qu’elle, dont Lactalis, Bordeau Chesnel, Bel, Bridor, les Chantiers de l’Atlantique, Safran, Ducros, etc. Ces salles immersives virtuelles servent aussi pour des formations, par exemple pour les métiers de l’électricité.

Marc Douzon et Marc Travers, cogérants d’Imagin-VR, lors du salon Laval Virtual.
Marc Douzon et Marc Travers, cogérants d’Imagin-VR, lors du salon Laval Virtual. - Photo : Rémi Hagel

Nouveau système breveté

Les deux associés ont à cœur que leurs produits "soient également utilisables par des TPE : des cuisinistes, des artisans plombiers", liste Marc Douzon. En visualisant une future cuisine à l’échelle, les clients n’ont pas de surprise une fois leur choix établi. Cet outil présente notamment une utilité pour des personnes en fauteuil roulant. "Lors d’une présentation, une personne a par exemple constaté qu’elle ne pouvait pas atteindre un interrupteur. La hauteur a pu être réajustée". Marc Travers insiste : "Nos solutions sont abordables techniquement et économiquement, et les entreprises bénéficient d'un vrai retour sur investissement."

En janvier 2022, l’entreprise a fait breveter un nouveau système axé sur la mobilité : Valise-VR. Cette valise équipée permet à un commercial ou à un formateur de présenter un produit à l’échelle sur un mur ou un écran grâce à un vidéoprojecteur et un système de "motion capture"(retranscription de mouvements réels en mouvements virtuels), Il s’adresse à des acteurs du BTP, de l’agencement d’intérieur, des architectes, des formateurs. "Nous en avons vendu huit depuis décembre", appuie Marc Douzon. Parmi les clients : Engie, l’Université de Rennes ou encore le service patrimoine de la Ville de Laval, qui compte intervenir dans des établissements scolaires.

Un second brevet vient d’être déposé fin avril pour réduire la surface au sol nécessaire à l’installation d’un système Cave. "C’est important de gagner en encombrement au sol pour équiper les bureaux d'études ou le showroom de certains clients", expose Marc Travers.

Chiffre d’affaires doublé

Pour évoluer, les deux entrepreneurs ont noué des partenariats. Notamment, ils sous-traitent les conceptions 3D au bureau d’études angevin DAO-BE (Avrillé) ou à la Boite à outils virtuelle (Cholet). Ils travaillent aussi avec Oreka Ingénierie (Cherbourg) pour la création de contenu pédagogique, ou encore ATV, revendeur de ses offres de formation.

Imagin-VR est en train de franchir un cap et l'apprenti actuel est sur le point d'être embauché. "Nous avons énormément de commandes et de projets qui se concrétisent depuis la reprise après Covid", plaident les dirigeants. Après trois exercices à 300 000 euros de chiffre d'affaires en moyenne, l'entreprise devrait terminer à 600 000 euros fin septembre (en clôture de leur exercice comptable). Deux personnes devraient être recrutées en septembre.

Pour l’instant, la petite équipe développe son activité dans l’Ouest et la région parisienne, mais le bouche-à-oreille l’amène jusqu'aux Bouches-du-Rhône, en Belgique et en Allemagne.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition