Mayenne

Numérique

Heypster lance une bibliothèque de "gifs" européenne face à Google et Facebook

Par Florent Godard, le 22 novembre 2021

Heypster déclare lancer "la première plateforme européenne de gifs", ces vidéos de quelques secondes illustrant une émotion et utilisées dans les conversations SMS, les messageries ou sur les réseaux sociaux. La jeune pousse lavalloise présente une alternative aux bibliothèques d’images détenues par Google et Facebook.

Kevin Choleau a récemment fondé le réseau social heypster, avant de lancer l’appli heypster-gif en 2021, qui propose plus de 10 000 microvidéos pour enrichir les conversations numériques.
Kevin Choleau a récemment fondé le réseau social heypster, avant de lancer l’appli heypster-gif en 2021, qui propose plus de 10 000 microvidéos pour enrichir les conversations numériques. — Photo : Florent Godard

Dans le monde des start-up, on appelle ça pivoter. Heypster a d’abord créé un réseau social atypique. Un réseau respectueux de la vie privée qui vous met en relation avec ceux qui partagent vos passions. Puis changement de cap… Le Lavallois met le paquet sur l’une des fonctionnalités du site : sa bibliothèque de "gif", ces vidéos de quelques secondes illustrant une idée ou une émotion, qui enrichissent les conversations par SMS, sur les messageries et les réseaux sociaux.

Créée en 2021, l’appli gratuite "heypster-gif" constitue désormais son activité numéro 1. Et offre déjà une bibliothèque de plus de 10 000 images animées, qu’il suffit de copier-coller dans ses conversations.

Quand les utilisateurs du réseau Heypster ont réclamé des gifs, la plateforme a d’abord cherché un prestataire en France, puis en Europe… Mais n’en a trouvé aucun. "Il n’en existe qu’une poignée dans le monde. Les principaux s’appellent Giphy, propriété de Facebook, qui rassemble 700 millions d’utilisateurs… Et Tenor, détenu par Google", a constaté Kevin Choleau, le fondateur de Heypster.

Objectif : "plus de 100 000 utilisateurs d’ici un an"

Comment compte-t-il se distinguer de la concurrence ? D’abord par la qualité de l’image, avec des formats 840x480 pixels minimum. Mais aussi grâce à la modération des contenus "avant mise à disposition" dans sa bibliothèque, afin d’éviter les propos "haineux" ou "racistes", par exemple. Plutôt que d’attendre des signalements d’abus, si des utilisateurs proposent des images non conformes via la plateforme, comme chez certains concurrents.

L’appli respecte aussi la vie privée. "Heypster ne conserve aucun historique des recherches, n’a pas accès à vos conversations, ni à votre carnet de contacts… Il n’y a aucun tracker non plus", liste Kevin Choleau.

Pourquoi pivoter si vite ? Alors que le réseau Heypster (26 000 utilisateurs) visait les 500 000 comptes en 2022, ce dernier s’est aujourd’hui transformé en "moteur de recherche social" pour dénicher les internautes partageant vos passions (avec mention des liens vers leurs réseaux). "Nos utilisateurs se servaient déjà du site comme d’un annuaire. Avant de se rendre sur Twitter, Instagram, etc., pour discuter", note Kevin Choleau. S’imposer face à la concurrence des autres réseaux sociaux aurait exigé des investissements pharaoniques, constatera-t-il.

Seconde levée de fonds envisagée

Avec Heypster-gif, l’entrepreneur vise désormais une audience de plus de 100 000 utilisateurs d’ici un an (contre 8 000 actuellement), afin de vendre du contenu sponsorisé. Et atteindre l’équilibre financier sur ce service. Concrètement, les marques devront payer pour apparaître dans des Gifs ou remonter en haut des listes d’images proposées. Le cœur du modèle économique, car ni heypster, ni heypster-gif ne monnayent les données d’usagers.

Hébergée à Laval Mayenne Technopole, la start-up se compose de son fondateur et d’un graphiste, épaulés par trois développeurs indépendants. S’il ne s’exprime pas sur son chiffre d’affaires prévisionnel, Kevin Choleau estime que l’activité pourrait employer une dizaine de salariés à terme. Après une levée de fonds en 2020, il envisage un nouveau tour de table l’an prochain. L’enveloppe devrait surtout servir à financer des opérations de marketing et publicité sur le web.

Kevin Choleau a récemment fondé le réseau social heypster, avant de lancer l’appli heypster-gif en 2021, qui propose plus de 10 000 microvidéos pour enrichir les conversations numériques.
Kevin Choleau a récemment fondé le réseau social heypster, avant de lancer l’appli heypster-gif en 2021, qui propose plus de 10 000 microvidéos pour enrichir les conversations numériques. — Photo : Florent Godard

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail