Maine-et-Loire

Ressources humaines

Témoignage Grolleau : « Une prime de 300 euros si vous parrainez un futur salarié »

Par Anna Quéré, le 07 juin 2018

Laurent Marbach, PDG de Grolleau, une entreprise spécialisée dans la conception et la fabrication d’armoires métalliques d’énergie basée à Montilliers, dans le Maine-et-Loire, a imaginé un système original pour recruter la main-d’œuvre dont il manque cruellement : le parrainage.

Avec la cooptation, « le retour sur investissement est immédiat », assure Laurent Marbach, PDG de Grolleau.
Avec la cooptation, « le retour sur investissement est immédiat », assure Laurent Marbach, PDG de Grolleau. — Photo : © Studio Covenweb

« Aujourd’hui, j’ai 170 personnes en CDI et une cinquantaine d’intérimaires. Cela fait 18 mois que je cherche à embaucher dans le secteur de la tôlerie, sur des postes de poinçonnage et de pliage, sans succès. J’ai d’abord tenté un premier essai de parrainage où je donnais 150 € à un salarié s’il motivait une personne pour venir chez nous. Puis j’ai relancé l’idée en doublant la mise : si une personne en CDI ou un intérimaire convainc quelqu’un de rejoindre l’entreprise, je lui donne une prime de 300 €. Pour l’instant, ça a marché avec une personne et on espère que ça va fonctionner pour d’autres », raconte Laurent Marbach, PDG de Grolleau.

Le CV au second plan

Pour l’entreprise, ce surcoût reste minime car « le retour sur investissement est immédiat ! », souligne Laurent Marbach. Quand un candidat se présente, le CV n’est pas déterminant. « On se focalise surtout sur le savoir-être. Si la personne est débrouillarde et motivée, il y a forcément un job pour elle chez nous », précise-t-il. La formation des nouveaux arrivants est assurée au sein de l’entreprise, notamment pour la partie pliage pour laquelle il n’existe ni école ni apprentissage. Et l’initiative ne s’arrête pas là : depuis le mois d’avril, Laurent Marbach a convaincu huit salariés de travailler sur une équipe de week-end pour dégager des postes en semaine, susceptibles d’attirer davantage de candidats potentiels.

Dernier « truc » et pas des moindres : les journaux « Depuis qu’un article est paru récemment dans la presse, j’ai reçu pas moins de dix CVs ! se réjouit Laurent Marbach. Cela a créé un petit électrochoc très positif. » 

Avec la cooptation, « le retour sur investissement est immédiat », assure Laurent Marbach, PDG de Grolleau.
Avec la cooptation, « le retour sur investissement est immédiat », assure Laurent Marbach, PDG de Grolleau. — Photo : © Studio Covenweb

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.