Textile

Fonlupt confectionnera ses robes de soirée dans une nouvelle usine

Par Olivier Hamard, le 12 mars 2020

Fabricant de bustiers et de robes pour des grandes marques de luxe, Fonlupt s'apprête à se doter d'un nouvel atelier en Mayenne. Appartenant au groupe normand Thierry, la PME surfe sur un marché du textile haut de gamme en pleine forme. 

L'atelier Fonlupt travaille exclusivement pour des grandes marques du secteur du luxe, en très grande majorité françaises.
L'atelier Fonlupt travaille exclusivement pour des grandes marques du secteur du luxe, en très grande majorité françaises. — Photo : Olivier Hamard JDE

« Le site a jusqu’ici répondu aux besoins de l’entreprise, nous avons essayé beaucoup de solutions et même étudié la possibilité de réhabiliter et d’agrandir, mais le projet était tout aussi onéreux et moins optimal. » Pour Amedi Nacer, le gérant de l'atelier de confection mayennais Fonlupt, basé à Ballots et œuvrant exclusivement pour les grandes marques françaises du luxe, le déménagement est devenu un impératif. Depuis sa reprise en 2012, l’entreprise créée quarante ans plus tôt ne cesse de croître, boostée par un secteur en plein boom. « J’ai repris l’atelier avec 65 personnes, précise le dirigeant, nous sommes maintenant 90 et nous recrutons toujours. Ce déménagement va permettre d’absorber correctement cette augmentation d’effectif. Nous devrions être autour de 100 quand nous entrerons dans le nouveau bâtiment. » S’étalant sur 1 600 m², l‘atelier Fonlupt s’installera donc en juillet 2021 dans un site de 2 000 m², toujours à Ballots, avec une possibilité d’extension de 500 m² supplémentaires. Le projet est porté par Laval Mayenne Aménagement, le bâtiment sera loué, avec option d’achat, à la PME. « Nous aurions pu supporter ce coût nous-même, précise Amedi Nacer, dont l’entreprise a réalisé 3,1 millions d’euros de chiffre d’affaires l’an passé contre 2,3 lors de sa reprise. La collectivité nous a beaucoup soutenus, avec la ferme volonté que l’on reste dans le village, et elle a proposé de mener elle-même l’investissement. »

Se mettre à niveau pour les clients

En 2012, en reprenant l’atelier Fonlupt, Amedi Nacer l’a regroupé avec les établissements Thierry, à Ifs, dans le Calvados, qu’il avait déjà acquis en 2004. En Mayenne sont réalisés des bustiers et robes du soir. En Normandie sont fabriqués des vestes et des manteaux. Un atelier de maroquinerie a aussi vu le jour à Ifs en 2019 et emploie 23 personnes. Le groupe Thierry compte aujourd’hui 220 personnes pour un chiffre d’affaires d’un peu plus de 8 millions d’euros.

Amedi Nacer a repris l'atelier Fonlupt de Ballots en 2012 et a créé le groupe Thierry, qui emploie aujourd'hui 220 personnes.
Amedi Nacer a repris l'atelier Fonlupt de Ballots en 2012 et a créé le groupe Thierry, qui emploie aujourd'hui 220 personnes. - Photo : Olivier Hamard JDE

« Nos différentes unités travaillent pour les mêmes clients mais avec des spécificités différentes, précise Amedi Nacer. Nous fabriquons des pièces en moyenne à 250 exemplaires, dans des délais de 3 à 4 semaines, que nos clients exportent à 70 ou 80 %. C’est aussi pour répondre à leurs exigences que nous souhaitons nous mettre à niveau et les accueillir dans un atelier plus moderne. Ils ont besoin de s’assurer qu’on leur ressemble. » Pour les salariés, le cadre de travail devrait également être plus fonctionnel, entre autres, en matière d’éclairage, de chauffage ou de climatisation. Salariés que Fonlupt entend bien conserver, dans un département où le taux de chômage est bas dans un secteur d’une activité qui requiert des compétences spécifiques.

Une formation en interne

Parce qu’il n’existe que très peu de formations dans ce secteur d’activité, l’atelier Fonlupt a décidé de transmettre lui-même son savoir-faire : un processus de recrutement est organisé avec Pôle Emploi, puis une formation dans l’entreprise de trois mois est assurée aux personnes sélectionnées, avant la signature d’un contrat de professionnalisation de six mois. À l’issue, les apprenants se voient proposer un CDI. Neuf personnes sont ainsi actuellement en professionnalisation et six suivent la formation initiale, la seconde organisée dans les locaux de l’entreprise.

Parallèlement, le groupe Thierry, en plus de ses deux ateliers de confection, a créé un bureau d’études, pour répondre aux exigences et à des demandes nouvelles de la clientèle : « Auparavant, nous vendions des minutes de travail, explique Amedi Nacer, en mettant un savoir-faire au service du client qui nous fournissait le tissu et un cahier des charges. Aujourd’hui, nous sommes montés d’un cran, à savoir qu’il nous donne une idée, une création ou une ébauche, que nous allons mettre au point puis dont nous allons organiser l’industrialisation. Il y a un vrai partenariat et ce bureau d’études répond à une vraie demande et donne aussi de nouvelles perspectives à des salariés, avec d’autres compétences et d’autres responsabilités. C’est aussi une façon de montrer aux clients que l’on sait évoluer. » Installé à Ifs, ce bureau d’études travaille tout autant pour l’atelier Fonlupt que pour l’entreprise normande du groupe.

En France, il existe 80 à 90 structures qui travaillent dans ce secteur de la confection haut de gamme pour les grandes marques françaises de luxe. L’atelier Fonlupt, niché dans son village de Ballots et accolé au groupe Thierry, compte bien continuer de jouer son rôle dans ce secteur en pleine croissance. En misant sur la conservation et la transmission d’un savoir-faire et bientôt sur un nouveau site neuf qui devrait lui offrir d’autres perspectives.

L'atelier Fonlupt travaille exclusivement pour des grandes marques du secteur du luxe, en très grande majorité françaises.
L'atelier Fonlupt travaille exclusivement pour des grandes marques du secteur du luxe, en très grande majorité françaises. — Photo : Olivier Hamard JDE

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail