Maine-et-Loire

Agriculture

Fleuron d'Anjou investit 5 millions d'euros pour la commercialisation de ses légumes frais

Par Olivier Hamard, le 23 juillet 2020

Coopérative de 80 adhérents du Maine-et-Loire spécialisée dans les fleurs, les plantes, les légumes et les fruits, Fleuron d’Anjou a investi 5millions d’euros dans l’agrandissement de sa station d’Allonnes, près de Saumur, pour optimiser la commercialisation de ses cultures maraîchères.

Fleuron d'Anjou a agrandi de 2200 mètres carrés sa station d'Allonnes, près de Saumur.
Fleuron d'Anjou a agrandi de 2200 mètres carrés sa station d'Allonnes, près de Saumur. — Photo : Fleuron d’Anjou

La coopérative Fleuron d’Anjou vient d’ajouter 2 200 mètres carrés à sa plateforme de commercialisation et d’expédition pour la culture maraîchère d’Allonnes, près de Saumur (Maine-et-Loire). Un investissement de 5 millions d’euros pour la coopérative qui regroupe 80 maraîchers et horticulteurs angevins. « Nous sommes en croissance dans notre activité de vente de légumes frais, confie Pascal Prat, directeur général de Fleuron d’Anjou (140 personnes, 45 millions d’euros de chiffre d’affaires). À Allonnes, nous avons ajouté deux nouvelles lignes, l’une pour le lavage et le tri de mâche, l’autre pour l’équeutage des radis, avec un procédé unique en France développé avec un constructeur angevin et dont nous avons l’exclusivité. Le bâtiment est conçu pour consommer peu et nous disposons désormais d’une station de recyclage de l’eau ».

Une conversion au bio progressive

Pascal Prat, directeur général de la coopérative Fleuron d'Anjou.
Pascal Prat, directeur général de la coopérative Fleuron d'Anjou. - Photo : Fleuron d'Anjou

Installée aux Ponts-de-Cé où elle assure la commercialisation et l’expédition de la production horticole, la coopérative possède deux autres sites en Maine-et-Loire et quatre filiales. « En maraîchage, précise Pascal Prat, l’une de nos filiales travaille à l’international dans le négoce de fruits et légumes et l’autre en France avec les marchés d’intérêt nationaux. Nous spécialisons celle-ci de plus en plus sur les légumes bio. Ils ne représentent aujourd’hui que moins de 3 % des productions de nos adhérents mais les conversions s’accélèrent et nous devrions arriver à 10 % d’ici deux à trois ans. » Dans le secteur horticole, une filiale de Fleuron d’Anjou est spécialisée dans les semences et une seconde, dont la coopérative possède la majorité des parts, assure le transport de fleurs dans toute la France, à destination de jardineries ou de magasins spécialisés. L’ensemble forme un groupe coopératif de 300 collaborateurs pour 65 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2019.

La restauration hors foyer en ligne de mire

Fleuron d’Anjou, qui commercialise ses produits de plus en plus auprès de la grande distribution, souhaite commencer cette année à s’attaquer au marché européen. « Nous avons également entamé une réflexion pour alimenter des plateformes d’e-commerce destinées au grand public, ajoute Pascal Prat, afin d’orienter une partie de nos ventes en B to C. De même, nous sommes peu présents pour l’instant dans la restauration hors foyer, et c’est un domaine où nous pouvons être contributeurs et nous développer. »

Après le chantier de 5 millions d’euros réalisé à Allonnes, la coopérative angevine travaille aussi sur un nouveau sujet, celui de l’emballage de ses produits. Actuellement, le plastique est utilisé en très grande majorité. Le prochain investissement majeur de la coopérative devrait donc porter sur l’adaptation de ses lignes de conditionnement.

Fleuron d'Anjou a agrandi de 2200 mètres carrés sa station d'Allonnes, près de Saumur.
Fleuron d'Anjou a agrandi de 2200 mètres carrés sa station d'Allonnes, près de Saumur. — Photo : Fleuron d’Anjou

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail