Angers

Numérique

Interview Etienne Dugas (InfraNum) : « Construisons ensemble des territoires connectés »

Entretien avec Etienne Dugas, président de l'organisation professionnelle InfraNum

Propos recueillis par Olivier Hamard - 09 septembre 2020

Étienne Dugas, dirigeant angevin d’InvestRéseaux (200 salariés, 20 M€ de CA), spécialisé dans la conception et la construction de réseaux traditionnels et télécoms, est le président fondateur d’InfraNum, qui regroupe les entreprises du secteur des infrastructures du numérique. InfraNum participe à l’organisation des Ateliers des Territoires Connectés, dont le lancement a eu lieu ce jeudi 10 septembre à Terra Botanica à Angers.

Etienne Dugas - fondateur et président d'InfraNum.
Etienne Dugas est le président et fondateur d'InfraNum, qui participe à l'organisation des Ateliers des Territoires Connectés. — Photo : InvestRéseaux

Le Journal des Entreprises : Qu’est-ce qu’InfraNum, qui pilote l’organisation des ateliers des territoires connectés ?

Étienne Dugas : C’est une organisation professionnelle créée en 1992, forte de plus de 210 entreprises, de la start-up au grand groupe du Cac 40, regroupées pour accompagner le Plan France Très Haut Débit, à la fois sur le plan de l’aménagement mais aussi des usages. Les activités de nos membres vont de la tranchée et du déploiement de réseaux jusqu’aux services numériques comme la gestion de data centers, le traitement de données ou la conception d’objets connectés. InfraNum est membre fondateur du Comité Stratégique de Filière « Infrastructures du numérique » labellisé par le gouvernement fin 2018. L’infrastructure numérique est donc reconnue comme une filière à part entière, au même titre que l’aéronautique, l’électronique ou l’automobile. Cela permet de mettre un certain nombre de moyens à disposition et de flécher un tas de projets dans ce domaine. Dans le plan de relance, est prévue une enveloppe d’environ 1,5 milliard d’euros pour les infrastructures numériques, mais celle-ci peut être très variable, la filière étant à la croisée de beaucoup de domaines.

En quoi consistent ces ateliers des territoires connectés qui se sont ouverts ce jeudi 10 septembre à Angers ?

E.G. : Angers sera l’une des premières collectivités à mettre en œuvre un territoire connecté, ou territoire intelligent, à l’échelle de l’agglomération et il était logique que la ville accueille la première étape de cette série d’ateliers. Ils auront lieu ensuite dans toutes les régions de France, probablement au rythme d’un par trimestre. Il s’agit de travailler tous ensemble, État, entreprises et collectivités territoriales, sur les grandes lignes de ce que sera un territoire intelligent, avec un socle commun, et de déterminer les prérequis nécessaires à son lancement. Cette journée, qui se veut très pratique et très concrète pour les participants, s’organise dans un premier temps sous la forme d’ateliers par petits groupes, qui sont ensuite restitués l’après-midi. L’objectif est de bâtir un socle commun et modulable de ce que sera un territoire intelligent, qui pourra ensuite être adapté selon chaque collectivité.

Verra-t-on à terme fleurir partout en France des territoires intelligents ?

E.G. : Il existe déjà des projets de territoires connectés dans différentes villes partout dans le monde. En France, l’objectif est d’aller vers des territoires intelligents partout, y compris en milieu rural. Fin 2025, toute la France, y compris les DOM-TOM, sera raccordée au très haut débit, et ce déploiement permettra à toutes les collectivités territoriales d’envisager un territoire connecté pour mettre en place de nouveaux services ou de nouveaux usages. Beaucoup de sujets sont communs à ces collectivités, comme la réduction des dépenses énergétiques, l’éclairage public, la gestion des déchets ou les transports en commun et les déplacements. Il y aura donc une seule plateforme pour les mêmes services. L’ensemble des territoires pourra bénéficier des mêmes choses, chaque collectivité choisissant les services qu’elle souhaite mettre dans son projet de territoire connecté. On peut imaginer aller jusqu’à un plan des territoires connectés au niveau national, qui serait coconstruit entre l’État, les entreprises et les collectivités territoriales.

Etienne Dugas - fondateur et président d'InfraNum.
Etienne Dugas est le président et fondateur d'InfraNum, qui participe à l'organisation des Ateliers des Territoires Connectés. — Photo : InvestRéseaux

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail