Maine-et-Loire

Industrie

Cortizo pousse les murs à Chemillé

Par Olivier Hamard, le 21 février 2018

Installé depuis deux ans et demi à Chemillé, Cortizo continue sa montée en puissance. L’unique site français du groupe espagnol de fabrication de profilés en aluminium investit 15 millions d’euros et s’agrandit pour faire face au marché hexagonal et répondre à la demande de ses clients belges et britanniques.

A Chemillé, l'unique site Français de Cortizo passera de 16 000 mètres carrés à 22 000, et la nouvelle presse de fabrication de profilé en aluminium sera opérationnelle en septembre.
L'unique site français de Cortizo, à Chemillé, va passer de 16 000 mètres carrés à 22 000 et la nouvelle presse de fabrication de profilés en aluminium sera opérationnelle en septembre. — Photo : Cortizo

L’histoire du groupe Cortizo est de ces sagas économiques dont on raffole souvent : celle d’un menuisier de Padrón, en Galice, qui construit une première usine où l’on fabrique des profilés aluminium, puis d’autres unités de production pour développer son activité en Espagne en lorgnant rapidement vers l’Europe et l’Afrique du Nord. Vers l’Amérique du Sud aussi, avec l’exportation de profilés produits dans la péninsule ibérique. Depuis 1972, le groupe fondé par José Manuel Cortizo n’a cessé de croître pour atteindre un chiffre d’affaires de 470 millions d’euros en 2016, montant déjà annoncé comme « encore plus significatif » pour 2017. 8 sites de productions, 2 700 salariés, et une présence dans 63 pays... Profilés en aluminium, mais aussi en PVC, pour les secteurs de la construction, du transport ou encore de l’automobile...

De 16 000 à 22 000 mètres carrés

Le groupe ne pouvait donc pas être absent de France, qui représente près d’un quart de son marché, particulièrement les Pays de la Loire, avec de nombreux acteurs de poids dans le secteur de la menuiserie industrielle. Pour Cortizo, travailler avec des clients ligériens n’est pas nouveau mais l’installation d’une unité de production à Chemillé, proche de ces fabricants français et pouvant alimenter la demande d’entreprises belges et britanniques, était devenue évidente. Depuis l’ouverture du site chemillois à l’automne 2015, le maillage du groupe est désormais total sur le territoire européen, avec deux autres importants centres de production en Pologne et en Slovaquie pour alimenter l’est et le nord du continent. Discret, José Manuel Cortizo apparaît peu en public, encore moins dans les médias, mais le patron de Padrón suit attentivement l’évolution de son groupe : « Il vient ici une fois par mois, confie Marie-Bertille de Girard, directrice administrative et financière de Cortizo France. Il a une vision très juste de l’avenir et de l’évolution stratégique. Lorsque nous avons ouvert le site, il envisageait déjà l’agrandissement que nous réalisons aujourd’hui. » Une augmentation de la surface de l’usine entamée en juin 2017, soit moins de deux ans après l’ouverture : de 16 000 mètres carrés, l’unité chemilloise passera bientôt à 22 000 : « Cela va nous permettre d’ajouter une seconde presse pour la fabrication et nous allons passer de 9 000 tonnes de profilés fabriqués par an à près de 15 000 tonnes, précise Marie-Bertille de Girard. Nous allons aussi disposer d’un transstockeur, un espace de stockage intelligent avec des véhicules automatisés qui iront chercher les profilés en sortie de presse. Ce procédé est encore très peu utilisé dans notre secteur d’activité et fera de nous le site le plus moderne du groupe dans ce domaine. Il nous permettra de stocker des commandes de nos clients car certains nous le demandent. Nous allons aussi travailler de manière différente et cela va limiter les risques d’accidents. »

Une nouvelle presse mise en service dès septembre

L’usine de Chemillé fabrique des profilés sur mesure qui sont livrés bruts ou laqués, à la demande, principalement pour les entreprises de menuiserie industrielle ou les fabricants de vérandas. « Nous n’avons pas de bureau d’études ici, le site est uniquement dédié à la production, mais la recherche et le développement se font à la fois au sein du groupe et chez nos clients, précise Marie-Bertille de Girard. Ils essaient sans cesse de proposer de nouveaux produits et nous leur apportons des solutions d’amélioration. Nous avons actuellement la possibilité de fabriquer une gamme de 35 références de profilés de 6 mètres à 6 mètres 50.» Des produits qui sont ensuite acheminés chez les clients pour beaucoup par des transporteurs locaux. Le site chemillois accueille aussi un espace de recyclage de l’aluminium, envoyé ensuite aux fonderies du groupe, qui compte 2 400 points de collecte en Europe. Matière recyclable à l’infini sans altération, tout comme le verre, l’aluminium est en effet réutilisé, et environ 30% des profilés de Cortizo sont fabriqués à partir d’aluminium retraité.

Après l’été, la nouvelle presse du site de Chemillé sera mise en service et son démarrage va s’accompagner de la création d’une trentaine de nouveaux emplois. « Depuis un peu plus d’un an, nous fonctionnons désormais en trois-huit, complète Marie-Bertille de Girard. Nous avons beaucoup gagné en production et nous allons augmenter ce volume pour accentuer notre réactivité, déjà importante du fait de la proximité de la majorité de nos clients. »

A Chemillé, l'unique site Français de Cortizo passera de 16 000 mètres carrés à 22 000, et la nouvelle presse de fabrication de profilé en aluminium sera opérationnelle en septembre.
L'unique site français de Cortizo, à Chemillé, va passer de 16 000 mètres carrés à 22 000 et la nouvelle presse de fabrication de profilés en aluminium sera opérationnelle en septembre. — Photo : Cortizo

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture