Sarthe

Textile

Coronavirus : Maliterie lance la fabrication de masques dans ses deux usines

Par Cédric Menuet, le 07 avril 2020

Fabricant de literie et sièges de relaxation, Maliterie convertit ses usines du Mans et de Besançon à la fabrication de masques de protection en tissu. Une production qui sera commercialisée auprès des entreprises locales mais également des particuliers.

Laurent Crépin, dirigeant de Maliterie à Neuville-sur-Sarthe.
Dirigeant de Maliterie, Laurent Crépin engage ses deux usines de fabrication de literie et sièges de relaxation dans la production de masques. — Photo : Cédric Menuet - Le Journal des entreprises

Malgré la perte de 95 % de ses commandes en raison des différentes mesures de confinement prises pour lutter contre l’épidémie de Covid-19, Maliterie ne reste pas inactive. L’entreprise de 120 salariés pour 19 millions d’euros de chiffre d’affaires, est aujourd’hui en ordre de bataille pour produire des masques en tissu. Des protections qui seront confectionnées à compter du 14 avril dans ses deux usines de Neuville-sur-Sarthe, à côté du Mans et de Voray-sur-L’Ognon, près de Besançon (70). Deux unités de production, dédiées pour la première à la fabrication de matelas et sommiers, et pour la seconde à celle de fauteuils de relaxation, qui sont familiarisées au travail du textile. « La couture compte parmi nos savoir-faire et la matière première des masques est celle que nous utilisons habituellement », souligne Laurent Crépin, dirigeant de Maliterie. Pour lancer cette nouvelle production, le chef d’entreprise s’est rapproché du groupement national organisé par le Comité stratégique de la filière (CSF) Mode et Luxe qui coordonne les initiatives de fabrication de masques et de surblouses pour le personnel médical. « Ils nous ont fourni un cahier des charges et orienté vers des référentiels de matières premières pour concevoir le bon assemblage, afin que nos masques puissent être homologués par la Direction générale des armées. » Une validation que Laurent Crépin attend prochainement.

Réorganiser les lignes de production

Les masques fabriqués par Maliterie ont vocation à compléter les gestes barrières dans le cadre de la lutte contre la propagation du Covid-19. Lavables, ils sont adaptés à une utilisation par des professionnels au contact du public. « Nous ne sommes pas en mesure de produire des masques à usage médical. L’entreprise n’a pas les outils, ni les savoir-faire et n’a pas vocation pas à se substituer aux industriels de ce secteur », appuie son dirigeant. Ainsi, les deux usines de Maliterie se sont positionnées sur la fabrication d’un unique modèle de masque, nécessitant la même matière première. « Nous avons procédé à une réorganisation des lignes de production des deux sites, poursuit Laurent Crépin. Il s’agit surtout de réglages de machines pour automatiser la découpe et la couture de certaines pièces. » Dans les deux usines, cinq personnes sont ainsi dédiées à cette production, sur la base du volontariat. Objectif pour Maliterie, confectionner quotidiennement 500 à 1 000 masques au sein de chaque site de l’entreprise.

Des masques pour les professionnels et le grand public

Ses masques, le fabricant sarthois les commercialisera en priorité auprès des entreprises locales qui en feront la demande, que ce soit en Sarthe, dans le Doubs ou en Haute-Saône. Mais Maliterie entend également en faire profiter le grand public. Pour cela, l’entreprise s’appuie sur son site de vente en ligne, habituellement dédié à la commercialisation en direct de ses produits. Des ventes aux particuliers qui s’effectueront au bénéfice des hôpitaux du Mans et de Besançon. Pas question donc de voir un axe de diversification dans cette activité qui doit, selon Laurent Crépin, rester temporaire. « Nous produirons des masques tant qu’il y aura des besoins locaux. Nos machines ne sont pas faites pour cela et la couture reste une petite activité dans l’entreprise. Cette production de masques, c’est uniquement notre participation à l’effort de solidarité nationale. »

Laurent Crépin, dirigeant de Maliterie à Neuville-sur-Sarthe.
Dirigeant de Maliterie, Laurent Crépin engage ses deux usines de fabrication de literie et sièges de relaxation dans la production de masques. — Photo : Cédric Menuet - Le Journal des entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail