Sarthe

Communication et médias

Comment la radio Sweet FM part à la conquête de l’Ouest

Par Cédric Menuet, le 22 octobre 2019

La radio privée sarthoise enregistre des records d’audience. Si elle est la radio la plus écoutée en Sarthe, devant RTL, Sweet FM réunit quotidiennement 132 500 auditeurs dans les six départements où elle émet. Une couverture qu’elle entend étendre grâce à l’arrivée de la radio numérique.

Wilfrid Tocqueville, dirigeant de Sweet FM.
Wilfrid Tocqueville, dirigeant de Sweet FM, compte sur la radio numérique pour étendre son terrain de jeu. — Photo : Cédric Menuet - Le Journal des entreprises

Audiences records pour Sweet FM. Selon la dernière étude d’audiences de Médiamétrie, la radio privée sarthoise a réuni 132 500 auditeurs entre septembre 2018 et juin 2019, sur les six départements de sa zone de couverture. En Sarthe, la station passe même devant RTL, fédérant 73 300 personnes, soit 15,6 % des auditeurs du département. « Nos audiences sont bonnes car nous butinons un peu partout, nous avons vocation à être une radio familiale. Nous sommes surtout leader sur les 25-49 ans, notre cœur de cible et c’est cette place qui intéresse nos annonceurs », explique Wilfrid Tocqueville, gérant de Sweet FM. Depuis qu’il l’a repris en 2004 avec ses associés, Émilien Borderie et Benoît Simon, l’ancienne Radio Val d’Huisne de La Ferté-Bernard a tracé sa route dans le paysage radiophonique régional. Rebaptisée Sweet FM en 2006 et installée au Mans depuis 10 ans, la station a ouvert au fil des années plusieurs fréquences dans les départements voisins, lui assurant une couverture en Sarthe, Mayenne, Orne, Loir-et-Cher, Eure et Eure-et-Loir. Pour garder un lien de proximité avec ces territoires, ses dirigeants ont misé sur le traitement local de l’information. « Sur 23 salariés, nous avons 9 journalistes. Nous traitons d’actualités locales, d’informations pratiques et de l’état du trafic routier. Toutes les informations sont bien sûr différentes en fonction des zones de diffusion », souligne le dirigeant.

« Couverture autoroutière »

Totalisant 1,88 million d’euros de chiffre d’affaires, Sweet FM compte bien poursuivre sa conquête de l’Ouest. En 2017, la radio sarthoise a effectué sa première opération de croissance externe avec l’acquisition de Plus FM à Blois, base d’un développement prochain en région Centre. « C’était plus simple que d’attendre des ouvertures de fréquences du CSA où 30 à 40 candidats se présentent. Mais c’est une opération coûteuse ! En revanche nous avons des projets avec l’arrivée du DAB + en 2020 au Mans », dévoile Wilfrid Tocqueville. Le DAB + est à la radio ce que la TNT est à la télévision. Cette technologie ouvre l’accès à la diffusion numérique des radios, sans la contrainte de la bande FM. Le DAB + permettant une écoute continue de la radio, notamment durant les longs trajets routiers. Sweet FM cible ainsi Rouen avant la fin de l’année et envisage de toucher Orléans, Tours et Poitiers courant 2020. « Nos auditeurs viennent principalement pour l’info trafic. Nous allons donc leur proposer une couverture autoroutière allant de Rouen à Poitiers avec une écoute de Sweet FM sans interruption. » Chaque nouvelle zone couverte légitimant la suivante, la radio sarthoise réfléchit également à Angers, Rennes et Caen pour consolider ses positions dans le Grand Ouest. Néanmoins, l’arrivée d’une nouvelle concurrence via cette diffusion numérique ne risque-t-elle pas de brouiller l’écoute de Sweet FM ? L’arrivée de la technologie DAB + au Mans en 2020 amènera en effet l’accès à une cinquantaine de radios en qualité numérique. « Nous gagnerons ailleurs ce que nous perdrons ici. Les nouveaux entrants n’ont pas notre positionnement local et notre proximité avec nos auditeurs. »

Wilfrid Tocqueville, dirigeant de Sweet FM.
Wilfrid Tocqueville, dirigeant de Sweet FM, compte sur la radio numérique pour étendre son terrain de jeu. — Photo : Cédric Menuet - Le Journal des entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.