Maine-et-Loire

BTP

Coloralu injecte 7 millions d'euros pour accélérer sur le marché de la menuiserie

Par Florent Godard, le 12 mai 2021

Expert en traitement de surface et peinture de profilés aluminium, Coloralu va s'agrandir de 5800 mètres carrés et s'équiper de nouvelles machines au May-sur-Èvre. Tirée par la croissance des grands noms de la menuiserie régionale, la PME va investir près de 7 millions d'euros.

L'usine de Coloralu dans les Mauges va s'agrandir de 1800 mètres carrés d'ici le second semestre 2022.
L'usine de Coloralu dans les Mauges va s'agrandir de 1800 mètres carrés d'ici le second semestre 2022. — Photo : Florent Godard

Nichée en plein cœur des Mauges, Coloralu intervient comme sous-traitant dans la fabrication de menuiseries industrielles, des fenêtres aux portes et vérandas. Sa spécialité ? Le thermolaquage. Employant près de 100 personnes, l'entreprise reçoit des profilés aluminium - des barres de métal mesurant jusqu'à 7,50 m - sur lesquelles elle effectue des traitements chimiques (anticorrosion notamment). Des profilés colorés ensuite par application d'une peinture en poudre, fixée dans le métal après un passage au four à 190 °C, par lots allant de la pièce unique aux séries de 5 000 pièces.

En tant que sous-traitant, cette discrète PME s'efface d'ordinaire derrière le nom de ses clients. Mais fait aujourd'hui parler d'elle. Ou plutôt ses investissements parlent pour elle : 6,8 millions d'euros prévus en 2021 et 2022. Une enveloppe incluant 800 000 euros de subventions via le plan de relance de l'État. Premier étage de la fusée : décupler la superficie de l'usine (7 300 m² aujourd'hui) avec une extension de 1 800 mètres carrés d'ici le second semestre 2022. En étoffant au passage le parc machines. "Une nouvelle cabine de peinture est en cours d'installation, une machine de décoration, destinée à imiter d'autres matériaux comme le bois, suivra dans la foulée", annonce le patron Gilles Person, 44 ans, aux commandes depuis 2017.

Boosté par K-Line, Bouvet, Akena Vérandas…

Car Coloralu a le vent en poupe. La PME choletaise a clôturé son exercice 2020 sur un chiffre d'affaires en croissance (12,3 M€ de CA contre 11 M€ en 2019 et 9,5 M€ en 2017). Elle peint aujourd'hui près de 2 millions de mètres carrés d'aluminium par an. Un chiffre en hausse de 50 % en cinq ans. En pleine effervescence, l'usine a encore recruté plusieurs ouvriers fin avril. L'activité est notamment tirée par des locomotives régionales. L'usine livre ainsi de gros industriels à l'instar de K-Line (1 400 salariés), fabricant de fenêtres, de baies vitrées et de portes en aluminium basé aux Herbiers (dont l'activité a bondi de 33 % entre 2016 et 2019), de la menuiserie JH Industries également en Vendée, des fabricants de fenêtres CAIB, à Cholet, ou Bouvet près d'Angers… La PME est aussi présente sur le marché de la véranda, et travaille pour Akena Vérandas, le groupe Rideau ou Concept Alu.

Ingénieur, Gilles Person, 44 ans, a été responsable de production avant de devenir patron de Coloralu en 2017.
Ingénieur, Gilles Person, 44 ans, a été responsable de production avant de devenir patron de Coloralu en 2017. - Photo : Florent Godard

"Coloralu profite du dynamisme de la menuiserie industrielle, au centre d'un triangle Angers-Nantes-La-Roche-sur-Yon", explique son dirigeant. Les Pays de La Loire abritent pas moins d'une centaine d'industriels de la menuiserie, employant 12 000 salariés et générant la bagatelle de deux milliards d'euros de chiffre d'affaires, d'après l'association professionnelle Menuiserie Avenir. À elle seule, la région produit 30 % des fenêtres, portes, portails et vérandas made in France ajoute l'association. Mention spéciale pour les fabricants de vérandas, car celles-ci sont "pratiquement toutes en aluminium", précise Gilles Person. Et ont récemment bénéficié du confinement. "En période de pandémie, on améliore son habitat dans un souci de qualité de vie chez soi. Et les Français affectionnent ce système qui permet d'ajouter une pièce pour un budget raisonnable", note l'entrepreneur. À noter que l'entreprise ne livre pas uniquement le marché de l'habitat, mais vend aussi des volets roulants pour des véhicules (camions de pompiers, etc.), des façades aluminium pour bâtiments tertiaires, salles de sport, des écoles… Et possède une activité annexe de fourniture de tôle aluminium.

L'aluminium, un matériau en vogue

L'aluminium transformé par la PME choletaise dispose aujourd'hui d'une kyrielle d'arguments de vente, comme sa très large gamme de couleurs, longtemps très supérieure à la palette du PVC ou ses montants de fenêtres fins permettant d'augmenter l'espace vitré et donc la luminosité. "L'alu a pris des parts de marché aux autres matériaux", souligne le patron de Coloralu. Et même beaucoup. Selon les derniers chiffres sur 10 millions de fenêtres vendues dans l'Hexagone en 2019, ce matériau atteint 29,9 % de parts de marché (+7,1 % comparé à 2017). Et si le PVC concentre près de 60 % des volumes, l'aluminium l'a détrôné pour la première fois en valeur, en 2019. La fenêtre aluminium atteignant 43,9 % de parts de marché selon cet indicateur, contre 41,5 % côté PVC et 11,7 % pour le bois.

Virage logistique

Si Coloralu a cassé sa tirelire, ce n'est toutefois pas seulement pour honorer de nouvelles commandes. Depuis plus de 10 ans, le choletais négocie peu à peu un virage stratégique. Faisant de lui autant un expert en peinture industrielle qu'un logisticien. Ce qui explique son second projet : étendre ses entrepôts de 4 500 à 8 500 m² d'ici le début 2023. "La logistique devient presque notre principal métier aujourd'hui", confie son dirigeant. Pourquoi ? Pour réduire les délais notamment. Dans le but de répondre au client final, qui exige aujourd'hui une livraison rapide et des couleurs personnalisées. "Il y a 15 ans, les industriels préparaient leurs lots de profilés en fonction des commandes, puis les envoyaient chez le sous-traitant. Avant de les récupérer. Ça faisait beaucoup d'allers-retours en camions !, se souvient Gilles Person. Pour la filière, un des moyens de réduire les délais a été d'intégrer une partie de la supply chain directement chez le laqueur." Désormais les délais de Coloralu s'étendent de 72h à 7 jours entre commande et livraison au client.

De quoi aussi simplifier la vie. Au vu de la fragmentation des commandes actuelles. Car aucun des clients de l'entreprise ne vend un produit standard sur étagère, en termes de dimension ou de couleur. Et même si le blanc et le gris anthracite concentrent l'essentiel des demandes, le nombre de couleurs en option a explosé. Chaque année, Coloralu applique plus de 450 coloris et nuances différentes (brillant, mat, métallisé…) sur les barres d'aluminium qui passent dans l'atelier du May-sur-Evre. La palette de teintes a été multipliée par cinq en 15 ans.

Croissance externe en Vendée

Dans les prochaines années, Coloralu anticipe une hausse d'activité de 10 % par an. Dernier obstacle sur le chemin de ses ambitions, la société avait besoin de passer une taille critique. Cette taille critique, Coloralu l'a achetée en quelque sorte, avec la reprise du vendéen SVPM (72 salariés) à Saint-Laurent-sur-Sèvre fin 2020. Un autre spécialiste du thermolaquage générant 6,6 millions de chiffre d'affaires (7,7 M€ de CA 2019, avant Covid) auprès de marchés variés (matériel de manutention, machinisme agricole, électronique…).

Coloralu a repris fin 2020 son confrère vendéen SVPM (72 salariés) dont l'atelier se situe à Saint-Laurent-sur-Sèvre (photo).
Coloralu a repris fin 2020 son confrère vendéen SVPM (72 salariés) dont l'atelier se situe à Saint-Laurent-sur-Sèvre (photo). - Photo : A.Martineau

L'entreprise est aujourd'hui pilotée par Gildas Jalais, DG adjoint de Coloralu et associé de Gilles Person. Le nouvel ensemble, qui comprend six lignes de thermolaquage dont quatre en Vendée, constitue le groupe Livmétal, détenu par ce dernier. Coloralu devrait rapidement apporter à son confrère une expertise supplémentaire en matière de traitement chimique mais aussi des outils informatiques performants. De son côté, l'entreprise vendéenne va lui faire bénéficier d'une chaîne de production spécialisée dans les très petites pièces en grandes séries et d'une nouvelle clientèle, qui n'est pas dans le secteur du bâtiment. Le travail en commun a débuté. Les responsables commerciaux de SVPM et Coloralu commencent d'ores et déjà à se déplacer en binôme chez leurs clients, avec un nouvel argument : toute entreprise ayant du métal à peindre trouvera auprès d'eux une solution.

L'usine de Coloralu dans les Mauges va s'agrandir de 1800 mètres carrés d'ici le second semestre 2022.
L'usine de Coloralu dans les Mauges va s'agrandir de 1800 mètres carrés d'ici le second semestre 2022. — Photo : Florent Godard

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail