Angers

Formation

Interview Christian Roblédo : "L'Université d'Angers peut créer une formation en deux ou trois mois"

Entretien avec Christian Roblédo, président de l’Université d’Angers

Propos recueillis par Florent Godard - 30 novembre 2021

Pour répondre aux besoins des entreprises, l’Université d’Angers peut rapidement lancer des formations adaptées. Car si la création d’un diplôme national demande du temps, d’autres formules "à la carte" s’avèrent plus rapides. En cinq ans, l’institution a doublé son chiffre d’affaires lié à la formation continue.

Christian Roblédo, président de l’Université d’Angers. L’institution, qui vient de fêter ses 50 ans d’existence, accueille près de 27 000 étudiants sur l’année scolaire 2021-2022.
Christian Roblédo, président de l’Université d’Angers. L’institution, qui vient de fêter ses 50 ans d’existence, accueille près de 27 000 étudiants sur l’année scolaire 2021-2022. — Photo : Florent Godard

Depuis 2000, le nombre d’étudiants a bondi de 45 % dans l’agglomération. Avec aujourd’hui 43 000 élèves dont environ 27 000 sur les bancs de l’Université d’Angers (2 400 salariés, 169 M€ de budget). Un essor tiré par la croissance démographique, mais aussi en partie par les besoins du monde économique. Peut-on dire que les liens entre l’Université et les entreprises se resserrent ?

Je n’aime pas le terme "resserrer". Des liens importants existent depuis longtemps. Je dirais qu’on utilise davantage d’outils à destination des entreprises. L’écosystème s’enrichit. Par exemple lorsqu’on met en place le campus de l’innovation en 2019, pour aider à transférer les travaux des laboratoires vers le monde économique. Il existe aussi des laboratoires communs avec les entreprises, des sociétés accueillent des doctorants…

L’alternance progresse par ailleurs. L’Université propose quasiment 70 formations en apprentissage actuellement, contre seulement 4 en 2016… C’est une tendance : le nombre de contrats d’apprentissage dans l’enseignement supérieur a augmenté en France. Certes, on partait de loin. Mais c’est à noter.

Beaucoup d’entreprises frappent à la porte des grandes écoles, pour solliciter des formations répondant à leurs besoins. L’Université d’Angers s’adapte aussi à la demande du privé ?

La formation continue progresse depuis 10 ans, notamment via la création de diplômes universitaires ou "DU". Un dispositif simple à mettre en place, lorsqu’il n’existe pas d’offre de formation répondant à un besoin spécifique ou conjoncturel. On crée une formation un peu à la carte, parfois directement à la demande d’une société, avec un cahier des charges flexible. Un processus assez rapide, car il ne s’agit pas d’un diplôme national. Autre possibilité pour un employeur : intégrer le cursus d’un diplôme national existant. Ces dernières années, le groupe Barrière a ainsi sollicité l’Esthua pour former des salariés de sa branche hôtellerie. Ils ont obtenu une licence pro, en partie via des modules accordés par validation des acquis d’expérience, en partie via un complément formation. Un moyen efficace de monter en compétence. Le groupe Accor a aussi formé le personnel d’encadrement de ses hôtels du Sud Est asiatique, toujours à l’Esthua. Les salariés sont alors mélangés avec les étudiants ou disposent de leur propre promotion. En fonction des disponibilités, la formation continue a lieu en journée, le soir, ou une semaine ici et là. D’autres options existent encore. Par exemple pour l’entreprise qui n’exige pas un diplôme, mais simplement une formation certifiante.

Un atout pour les entreprises mais aussi pour l’Université, qui en tire des revenus supplémentaires…

En effet. Nous avons quasiment doublé notre chiffre d’affaires sur la formation continue depuis 2016. Il s’élève désormais à environ 4 millions d’euros.

Combien de temps faut-il pour mettre en place une formation ?

L’université a souvent l’image d’une grosse machine, où les décisions prennent un temps fou. C’est faux. On peut être aussi réactif et agile qu’une grande école. L’Université peut rapidement créer une formation ou un DU à la demande d’une entreprise, parfois en deux ou trois mois si le besoin est exprimé de façon bien précise.

Christian Roblédo, président de l’Université d’Angers. L’institution, qui vient de fêter ses 50 ans d’existence, accueille près de 27 000 étudiants sur l’année scolaire 2021-2022.
Christian Roblédo, président de l’Université d’Angers. L’institution, qui vient de fêter ses 50 ans d’existence, accueille près de 27 000 étudiants sur l’année scolaire 2021-2022. — Photo : Florent Godard

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail