Formation

Interview CCI Maine-et-Loire et Mayenne : "Nous créons des formations dans le management intermédiaire"

Entretien avec Laurent David, directeur de la formation à la CCI Mayenne

Propos recueillis par Rémi Hagel - 21 juillet 2022

Le projet de formations porté par les Chambres de commerce et d’industrie de Maine-et-Loire et de la Mayenne fait partie des 41 lauréats sélectionnés à la suite de l’appel à manifestation d’intérêt "Territoires d’industrie 4.0 : anticiper les compétences de demain". Le projet vise à créer trois formations, dont un bachelor Industrie du futur à Laval et à Cholet.

Laurent David, directeur de la formation à la CCI Mayenne
Laurent David, directeur de la formation à la CCI Mayenne — Photo : Rémi Hagel

Pourquoi avoir répondu à l'appel à manifestation d'intérêt national "Territoires d'industrie 4.0 : anticiper les compétences de demain" ?

Nous avons bâti une offre de formations pour répondre à la problématique du manque de main-d’œuvre dans le management intermédiaire, le management de proximité, dans l’industrie. La Mayenne représente un bassin industriel fort et les entreprises ont manifesté ce besoin. Elles manquent de personnes formées aux nouvelles technologies, l’industrie 4.0. Ce besoin est d’ailleurs national, les études de la Fédération des industries mécanique le confirment : dans l’industrie, la partie digitalisation prend le pas sur la partie mécanique.

Nous avons répondu à l'appel à manifestation d'intérêt (AMI) conjointement avec la CCI de Maine-et-Loire. Nous allons proposer des formations à Laval et à Cholet, et mutualiser les ressources et les partenaires entre nos deux départements.

"Dans l’industrie, la partie digitalisation prend le pas sur la partie mécanique"

Quelles seront ces formations ?

Il y en aura trois, qui ouvriront à la rentrée de septembre 2023. Tout d’abord, un bachelor Industrie du futur. Grâce au réseau CCI France, on va reproduire la formation portée par l’Estia à Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) à Cholet et à Laval. Chaque promotion comptera une douzaine d’étudiants.

Par ailleurs, nous proposons deux titres professionnels, de niveau bac +2, cette fois par apprentissage. Celui de technicien supérieur Méthodes et exploitation logistique (TSMEL) et celui de technicien supérieur Méthodes produit et process (TSMPP).

Nous comptons nous appuyer sur divers partenaires : l’Estia, la Fab Academy de l’UIMM, Laval Virtual et, bien sûr, les entreprises industrielles.

Quelles sont les prochaines étapes d’ici septembre 2023 ?

Nous avons répondu à l’AMI en avril, après deux mois de préparation du dossier, un temps contraint. Notre projet démarre. Désormais, le groupe de travail finalise l’identification des futurs partenaires ; il va ensuite identifier les ressources pédagogiques, créer une équipe pédagogique, identifier les moyens qui seront complémentaires de ceux de l’UIMM, et investir dans des outils pédagogiques industriels. L’AMI délivre 200 000 euros pour Laval et autant pour Cholet pour nous accompagner dans cet investissement. C’est également un travail collaboratif très fort avec les entreprises locales, sur qui nous comptons pour l’accueil des futurs étudiants en stage pour le bachelor et en apprentissage pour les deux titres.

Dès à présent, nous allons bâtir un plan de communication pour faire connaître les formations au futur public, jeunes bacheliers ou personnes en reconversion. Il s’agira de la première formation "Industrie" proposée par la CCI Mayenne. Nous comptons aujourd’hui 500 étudiants et apprentis. En 2025, au sein de notre futur campus CFA, il y en aura 600.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition