Mayenne

Luxe

Atelier Verde veut aussi vendre ses sacs à main en boutiques

Par Rémi Hagel, le 20 septembre 2022

La start-up mayennaise de maroquinerie de luxe Atelier Verde conçoit des sacs à main intégrant des chambres à air de tracteurs recyclées. Après deux ans d’existence et de commerce en ligne, l’entreprise veut se tourner vers la vente en boutiques.

Clément Leboullenger et Pauline Côme ont co-fondé Atelier Verde en 2020.
Clément Leboullenger et Pauline Côme ont co-fondé Atelier Verde en 2020. — Photo : Atelier Verde.

Créé en 2020, Atelier Verde conçoit des sacs à main de luxe. Sa signature : ses sacs à main sont en partie constitués de chambres à air de tracteurs usagées. Filles d’éleveurs mayennais, Pauline Côme a commencé à utiliser cette matière, collectée dans la ferme parentale, pendant ses études d’arts appliqués et de marketing de mode.

Le sac à main Florence d’Atelier Verde est composé à 70 % d’ancienne chambre à air de tracteur.
Le sac à main Florence d’Atelier Verde est composé à 70 % d’ancienne chambre à air de tracteur. - Photo : Atelier Verde

Pauline Côme a effectué ses premiers pas dans la vie professionnelle comme salariée dans le milieu de la mode, avant de fonder Atelier Verde avec Clément Leboullenger. Les sacs sont fabriqués par un sous-traitant nantais et commercialisés via une boutique en ligne.

Basée à La Chapelle-Rainsouin, la start-up a trouvé un soutien auprès d’Initiative Mayenne, Laval Mayenne Technopole, du dispositif PL2I (cofinancé par Bpifrance et la Région Pays de la Loire). Localement, Atelier Verde a créé l’événement le 15 septembre en organisant son premier défilé, au château de Linières (Val-du-Maine), en présence de Miss France, Diane Leyre. Une collection de sacs et de tenues a été présentée devant près de trois cents spectateurs, avec les encouragements, voire des partenariats, du monde institutionnel (Mayenne Tourisme) comme entrepreneurial (Medef, TDV industries, Fouilleul, etc.).

"Faire découvrir en physique"

"C’était un énorme enjeu pour notre communication. Les gens sont surpris de voir ce qu’on est capable de faire", commente Pauline Côme. "Faire découvrir le produit en physique" devient le nouvel enjeu pour la marque mayennaise. Après deux ans d’existence, Atelier Verde a commercialisé deux cents articles, via le site web. Le choix de la vente en ligne a eu un intérêt en période de confinements. Mais la jeune entreprise constate qu’elle ne pourra pas développer son activité ainsi. La raison tient à l’image des chambres à air. "Oui, cela nous démarque, mais les gens ne connaissent pas ce produit". Le préjugé peut être fort vis-à-vis d’une matière qu’on imagine "sale". Tenir le sac en mains, élégant, fin, représente son meilleur argument, et c’est pourquoi Atelier Verde cherche désormais à placer ses sacs dans des magasins.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition