Maine-et-Loire

Commerce

Apprentissage, nouvelles boulangeries : Maison Bécam repart de l'avant

Par Olivier Hamard, le 25 juin 2020

Fortement impacté par le confinement, le boulanger angevin Nicolas Bécam repart de l’avant. Le dirigeant de Maison Bécam compte recruter 18 apprentis et relance ses projets d’investissement avec la volonté d'ouvrir de nouvelles boulangeries.

Nicolas Becam - Groupe Maison Becam (49)
Nicolas Becam, président de Maison Becam, lui-même issu de la formation par alternance, mise sur l'apprentissage au sein de ses huit boulangeries et au siège du groupe. — Photo : Clic Corporate

Alors que de nombreux jeunes apprentis peinent, avec la crise sanitaire, à trouver une entreprise pour les accueillir, les boulangeries Maison Bécam sont encore en quête de 18 apprentis pour la rentrée de septembre. Chaque année, cette entreprise, dont les boulangeries sont implantées dans la région d’Angers, recrute en apprentissage entre 20 et 25 jeunes. Dans les métiers traditionnels de la boulangerie et de la pâtisserie, mais aussi dans les secteurs administratifs, en communication, en comptabilité ou encore en ressources humaines.

« C’est véritablement dans notre ADN, confie le dirigeant Nicolas Bécam. Je suis moi-même un produit de l’apprentissage, avec un bac de gestion et trois CAP passés par alternance. Beaucoup des jeunes restent dans l’entreprise pour continuer de se former, par exemple pour avoir la double qualification de boulanger et pâtissier à laquelle nous les encourageons. À d’autres, nous proposons de créer à terme leur propre poste. L’entreprise continue de grandir et notre effectif augmente régulièrement. » En 2019, Maison Bécam a en effet atteint un chiffre d’affaires record de 8 millions d’euros et emploie désormais 125 personnes dont 50 sont en apprentissage.

Créer son propre poste au sein du groupe

140 apprentis aujourd’hui diplômés sont passés par l’entreprise depuis 2005, année de la première reprise d’une boulangerie par Nicolas Bécam en centre-ville d’Angers. Parmi eux, certains sont intégrés dans l’équipe et ont pris des responsabilités.

Maison Becam emploie aujourd'hui 125 personnes dont une cinquantaine en apprentissage.
Maison Becam emploie aujourd'hui 125 personnes dont une cinquantaine en apprentissage. - Photo : Clic Corporate

« D’autres ont choisi de poursuivre leur aventure professionnelle ailleurs, complète Nicolas Bécam. Mais à l’issue de leur formation, si on est en accord, on leur propose souvent de les conserver. Notre responsable marketing et communication est par exemple arrivée il y a cinq ans comme stagiaire, le responsable de notre boutique du boulevard Foch, à Angers, a été apprenti boulanger chez nous. Il a aujourd’hui 27 ans et gère un magasin de 7 personnes. La prochaine étape sera de lui proposer de devenir associé dans le groupe. »

Retour à la normale après deux mois de baisse d’activité

Le groupe Maison Bécam, s’il a subi la crise du coronavirus, avec les deux magasins des centres commerciaux Atoll à Beaucouzé et Espace Anjou à Angers fermés pendant deux mois, s’est déjà relancé : « Nos six autres boutiques sont restées ouvertes, précise Nicolas Bécam, mais nous avons vendu principalement du pain, ce qui n’est pas l’essentiel de nos ventes en temps normal. Nous avons accusé une baisse de 50 % dans chacune de nos 6 boulangeries ouvertes, et même jusqu’à moins 70 % en centre-ville d’Angers. » Maison Bécam, pour qui le pain ne représente que 30 % du chiffre d’affaires, a vu en effet ses autres ventes, pâtisserie, viennoiserie boissons à emporter et snacking, fortement diminuer pendant tout le confinement.

Nicolas Bécam estime ainsi à 500 000 euros la perte générée pendant les deux mois de confinement. « Mais nous sommes très bien repartis, assure-t-il. Dans nos boutiques en périphérie d’Angers, nous sommes en augmentation de 25 %. En centre-ville, la baisse est encore d’environ 15 % mais elle se réduit de jour en jour. Dans les centres commerciaux, la situation est quasiment revenue à la normale. »

Un nouveau bâtiment pour son atelier pâtisserie

Même s’il sait que la perte occasionnée de mi-mars à mi-mai ne sera pas rattrapable, cette situation encourage Nicolas Bécam, à lancer des projets : cinq nouvelles boulangeries devraient ainsi ouvrir cette année, dont certaines hors du département de Maine-et-Loire et en licence de marque, une première pour le groupe.

Par ailleurs, Maison Bécam a acquis il y a quelques mois un bâtiment de 650 mètres carrés dans une zone d’activité de Saint-Barthélémy d'Anjou. Le groupe va y transférer dans moins d’un an son atelier pâtisserie actuellement installé au MIN d’Angers. « Nous avions prévu initialement de bâtir un nouveau siège social, confie Nicolas Becam, mais nous avons abandonné cette idée au profit de ce futur atelier. Par contre, nous avons installé tous nos services administratifs dans la même zone d’activité, au siège du groupe La Boucherie, qui possède 15 % des parts de Maison Bécam. Cela permet d’opérer une réelle synergie avec leurs différents services. » À plus long terme, Nicolas Bécam envisage aussi de se doter dans le même secteur de son propre centre de formation.

Nicolas Becam - Groupe Maison Becam (49)
Nicolas Becam, président de Maison Becam, lui-même issu de la formation par alternance, mise sur l'apprentissage au sein de ses huit boulangeries et au siège du groupe. — Photo : Clic Corporate

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail