Angers

Électronique

Angers se positionne en capitale de l’électronique du futur

Par Olivier Hamard, le 07 février 2019

Désormais, Angers accueille officiellement le Technocampus de l’électronique du futur. Objectif : travailler ensemble pour faire rayonner l’électronique sur le plan national et international, accompagner les acteurs de la filière et soutenir l’industrie dans ses projets de transformation.

Sébastien Chatelier, directeur général d'Eolane,Christelle Morançais, présidente de la région des Pays de la Loire, Vincent Bedouin, président de Lacroix Group et de We Network, Christophe Béchu, président d'Angers Loire Métropole, et Bruno Racault, président de All Circuits, ont officialisé la naissance du Technocampus de l'électronique à Angers.
Sébastien Chatelier, directeur général d'Eolane, Christelle Morançais, présidente de la région des Pays de la Loire, Vincent Bedouin, président de Lacroix Group et de We Network, Christophe Béchu, président d'Angers Loire Métropole, et Bruno Racault, président de All Circuits, ont officialisé la naissance du Technocampus de l'électronique à Angers. — Photo : Olivier Hamard JDE

Soutenu par les collectivités, la Région pour 580 000 € et la communauté d’agglomération Angers Loire Métropole pour 230 000 € par an, le Technocampus de l’électronique s’annonce comme un solide outil pour la filière, afin de rayonner en France et à l’international. L’État lui-même va abonder de son côté en apportant son soutien financier dans le cadre du Programme des Investissements d'Avenir.

Premier pôle de sous-traitance en Europe, avec 47 % des acteurs de l’Hexagone en conception et en production, la filière de l’électronique dans le Grand Ouest est importante. Les acteurs sont, certes, concurrents, mais ils ont décidé de s’unir pour que ce Technocampus devienne un outil puissant.

« Notre réussite viendra de la capacité à travailler en réseau, car il faut atteindre une taille critique pour exister à l’échelle mondiale, précise Vincent Bedouin, le président de Lacroix Group et de We Network, le cluster de l’électronique du Grand Ouest, qui réunit 200 acteurs des Pays de la Loire et de Bretagne. Nous devons donc nous regrouper. » « On peut être concurrents et partenaires, confirme Bruno Racault, le président d’All Circuits, premier acteur français du secteur qui siège à Meung-sur-Loire, dans le Loiret. Il est bon qu’on puisse travailler ensemble pour concurrencer des mastodontes, et en mutualisant, on va y arriver. »

La Cité de l’objet connecté intégrée au cluster We Network

Dans les locaux angevins de la Wise Factory, à Verrières-en-Anjou, aux portes d’Angers, cohabitaient jusqu’alors la Cité de l’objet connecté et We Network. Créée en 2015, la Cité de l’objet connecté est un outil permettant de développer des projets et qui apporte également un soutien aux entreprises dans le secteur de l’IOT. Son actionnaire majoritaire Eolane et ses 17 partenaires l’ont cédée en janvier à We Network.

« Nous sommes un vrai centre d’expertise pour des entreprises qui ont des besoins en électronique, explique Julien Fillaud, responsable marketing de We Network. À l’exemple de la société Éram, lorsqu’elle a voulu mener à bien son projet de chaussure connectée. L’entreprise est venue nous voir et nous avons réalisé un cahier des charges avec des préconisations d’acteurs pour mener à bien ce projet. Nous avons cette expertise en électronique, mais aussi en communication et en process industriel. Avec la Cité de l’objet connectée, nous enrichissons ces compétences en gestion de projet et en mécanique. »

Quatre premiers projets collaboratifs de R&D

We Network s’étoffe donc de la Cité de l’objet connecté pour accompagner la filière électronique et devrait passer cette année de 11 à 19 personnes, en intégrant des chefs de projet, des ingénieurs et en renforçant les fonctions supports. « Dès le mois de mars, précise Julien Fillaud, nous allons travailler sur 4 premiers projets collaboratifs de R&D regroupant chacun deux à six entreprises. L’objectif est que ces projets soient adaptables à tous les acteurs de la filière. » Ces quatre projets collaboratifs devraient être suivis de sept autres, avec le souhait que l’ensemble du secteur de l’électronique puisse ensuite en bénéficier pour monter ainsi en gamme.

Le Technocampus de l’électronique, en plus de jouer un rôle de ressource et d’appui pour la filière en rendant l’innovation accessible à tous ses acteurs, veut aussi être un outil plus largement au service de tout le secteur de l’industrie « Nous avons les ressources et l'écosystème pour accompagner les entreprises dans leur transformation et les aider à accélérer leurs projets », assure Vincent Bedouin.

Sébastien Chatelier, directeur général d'Eolane,Christelle Morançais, présidente de la région des Pays de la Loire, Vincent Bedouin, président de Lacroix Group et de We Network, Christophe Béchu, président d'Angers Loire Métropole, et Bruno Racault, président de All Circuits, ont officialisé la naissance du Technocampus de l'électronique à Angers.
Sébastien Chatelier, directeur général d'Eolane, Christelle Morançais, présidente de la région des Pays de la Loire, Vincent Bedouin, président de Lacroix Group et de We Network, Christophe Béchu, président d'Angers Loire Métropole, et Bruno Racault, président de All Circuits, ont officialisé la naissance du Technocampus de l'électronique à Angers. — Photo : Olivier Hamard JDE