Maine-et-Loire

Industrie

+40% sur l'activité luxe pour Martin Technologies

Par la rédaction, le 25 avril 2016

Spécialisée dans le marquage sur métaux et plastiques pour l’industrie, Martin Technologies a lancé, fin 2013, sa marque dédiée au secteur du luxe, MIll, et ouvert un bureau à Paris. Une bonne opération pour l'industriel : l’activité luxe a bondi de 40% en 2 ans.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Il y a un peu plus de deux ans, la PME de Lézigné spécialisée dans le marquage sur métaux et plastiques pour l’industrie, lançait sa marque Mill dédiée au luxe et ouvrait un bureau à Paris pour se rapprocher des gros acteurs du secteur. Une bonne opération pour l’industriel puisque l’activité luxe qui pesait 20% de son chiffre d’affaires fin 2013, soit un peu plus de 1,7 millions d'euros, affiche une croissance de 40% sur les deux dernières années.

Une notoriété rapide

« Il y a peu d’acteurs sur l’étiquette métal haut de gamme, explique Gwendal Cadiou, dirigeant de Martin Technologies. On s’aperçoit au bout de deux ans que notre bureau parisien est justifié. Dans le domaine du luxe, il y a un vrai besoin de rencontrer les gens et notre présence à Paris nous permet d’être tout de suite chez nos clients.» Seul fabricant français sur ce créneau, la PME mise sur sa réactivité. «Notre entreprise est proche de Paris et nos clients peuvent venir ici pour valider les pré-séries et les lancements. Et nous avons désormais une personne à plein-temps sur la partie prototypage pour le luxe.» Ce positionnement n’a pas nécéssité d’investissements particuliers pour Martin Technologies. «Nous avions l’équipement nécessaire en terme de machines, nous avons simplement effectué quelques ajustements. Et nous avons dû adapter notre relation clients.» L’industriel angevin a notamment renforcé sa présence sur les salons (Luxe Pack à Monaco, PCD à Paris...). Si le dirigeant ne mène pas, pour l’instant, de démarche active à l’export, il avoue en avoir l’ambition. «Avant la création de Mill, nous étions sous-traitants, maintenant nous travaillons en direct et comme nous sommes peu nombreux sur ce secteur, la notoriété a été rapide. »

De nouvelles étiquettes intégrant de l’électronique

Ses clients ? Des industriels des vins et spititueux mais principalement des parfumeurs avec de grands noms comme Yves Saint Laurent, Fendi/Givenchy ou Roger Gallay (groupe L’Oréal) pour lequel la société a fabriqué 1,5 millions de pièces en 2015. En 2013, Martin Technologies qui travaillait déjà pour le luxe mais pas en direct comptait 54 clients sur le secteur. Aujourd’hui, elle en revendique 99.

7 millions de pièces en métal "luxe" ont été fabriquées à Lézigné l’année dernière. Si le dirigeant concède que « l’année 2015 a été un peu difficile (NDLR le chiffre d’affaires- toujours à l’équilibre- est passé de 8,5 millions d'euros en 2014 à 7,7 M€ en 2015), malgré un secteur du luxe dynamique, avec deux fois moins de lancements de nouveaux parfums », il est confiant pour 2016 : « nous avons eu des décalages de projets, mais ça repart bien. » Il vient d’ailleurs de signer avec le groupe de cosmétiques japonais Shiseido.

Actuellement, la société travaille, via son bureau intégré de R&D (trois collaborateurs), sur une innovation qu’elle présentera en septembre prochain lors du salon Luxe Pack à Monaco : des étiquettes métalliques intégrant de l’électronique et autonomes en énergie. « Nous travaillons avec une université allemande sur ce projet. L’étiquette intégrera de l’électronique imprimée tout en faisant moins de 1 mm d’épaisseur. » Le dirigeant, qui préfère rester discret sur cette innovation, annonce toutefois que ces étiquettes nouvelle génération pourront... s’éclairer.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises