Maine-et-Loire

Industrie

16.9, la marque de vêtements made in Mauges d’Ateliers Pulsion Design

Par Olivier Hamard, le 08 décembre 2020

Au printemps dernier, l’entreprise de confection Ateliers Pulsion Design, à La Séguinière avait lancé une ligne de boxer. Elle a développé, depuis, sa propre marque de vêtements, 16.9, qu’elle fabrique dans ses ateliers et commercialise en direct sur son site internet et dans sa boutique.

Vincent Bernard - Ateliers Pulsion Design - La Séguinière (49)
Vincent Bernard a fait le pari d'orienter Ateliers Pulsion Design vers la production et la vente de sa propre marque. — Photo : Ateliers Pulsion Design

Jusqu’à la crise sanitaire, l’entreprise de confection Ateliers Pulsion Design travaillait pour des clients du secteur de la mode, des créateurs et des influenceurs. En marquage et en sérigraphie, elle produisait aussi des vêtements d’image entre autres pour des festivals, des événements, des clubs sportifs. La crise a, dès le mois de mars, mis un coup d’arrêt à l’activité de l’entreprise de 22 personnes. « Nous avons perdu 80 % de notre activité », témoigne Vincent Bernard qui a repris l’entreprise en janvier 2018. Un effondrement des commandes qui a encouragé le dirigeant à mettre en place une idée qui germait depuis quelque temps. « Je voulais créer notre propre marque, confie-t-il, et travailler à l’image des agriculteurs qui font de la vente directe : je fabrique mes produits, j’en fais moins mais je les commercialise moi-même. »

4 000 pièces en stock

Au mois de mai 2020, pour la fête des Pères, l’entreprise a ainsi sorti le Boxer des Ateliers, une ligne de boxers rapidement écoulée, au-delà du stock prévu. « Nous avons ensuite honoré les commandes puis stoppé la production pour réfléchir à une vraie stratégie de marque, raconte Vincent Bernard. » A alors été imaginée une gamme complète de boxers pour hommes, mais aussi de shortys, de culottes et de caracos pour les femmes, regroupés sous une marque nouvelle, 16.9. Un nom inspiré de l’implantation de l’entreprise, dont les deux ateliers de sérigraphie et de confection sont implantés aux numéros 16 et 9 de la même rue Eiffel, dans la zone d’activités de La Séguinière. « Depuis le début de l’été, nous avons confectionné 4 000 pièces dans notre atelier et celui d’AD Confection, à Trémentines, vient en appui, indique Vincent Bernard. Cela nous permet de lancer les ventes avec un stock conséquent, et nous continuons de produire. » Les matières premières sont achetées en France et tout est fabriqué localement, conçu avec le soutien du bureau d’études de la société Lecarpentier, à Toutlemonde, près de Cholet.

150 000 euros investis

Pour commercialiser les produits de sa marque Ateliers Pulsion Design a choisi de se passer d’intermédiaire, en privilégiant la vente directe : un site internet a été lancé fin octobre et une boutique a été aménagée au cœur des ateliers. Avec le second confinement, son ouverture a été retardée au 27 novembre. « En un mois, la fréquentation du site est plutôt encourageante, se félicite Vincent Bernard, et le taux de conversion des visites en achat augmente. La boutique aussi attire des clients, même si nous ne sommes pas dans une zone commerciale. Nous n’avons pas recruté de vendeur, et les clients apprécient que ce soit les collaborateurs eux-mêmes qui viennent les conseiller pour leurs achats. » 16.9 vend environ 50 à 60 produits par jour en semaine et 100 à 150 le week-end, dont les deux-tiers en boutique. L'entreprise espère atteindre 300 à 3500 produits vendus au 24 décembre.


Ateliers Pulsion Design a engagé 150 000 euros dans l’aventure, 90 000 pour la fabrication et 60 000 pour la communication, la création du site internet et l’aménagement de la boutique. L’entreprise de 22 personnes a décidé de recentrer toute sa production vers sa nouvelle marque, en conservant l’activité de sérigraphie et la fabrication de masques personnalisés pour les entreprises. En faisant une croix aussi sur nombre de clients historiques. « C’est un sacré pari, reconnaît Vincent Bernard, mais c’est un projet qui a du sens. La situation est compliquée, mais je préfère prendre des risques. » L’entreprise souhaite maintenant étoffer sa collection avec au moins une nouveauté chaque mois et réfléchit aussi à d’autres produits.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition