Visiativ : Un "axemblage" qui monte en puissance

Par la rédaction, le 05 mars 2010

Avec six filiales opérationnelles, Visiativ se développe sur deux métiers depuis son siège de Charbonnières-les-Bains: l'intégration de solutions et la formation d'une part, l'édition de logiciels d'autre part. À coup de croissances externes et d'innovation, le groupe vise 50M€ de chiffre d'affaires d'ici à 2012. Claire Pourprix
Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

IP-Media ne compte ?que? quatre personnes mais a développé un produit très innovant en visioconférence. L'entreprise restera à Strasbourg, gardera son nom, mais n'en a pas moins intégré Visiativ. Une technologie de plus pour le groupe implanté à Charbonnières-les-Bains qui s'est donné pour mission d'accompagner ses clients à devenir des entreprises 2.0. C'est-à-dire équipées d'outils de travail collaboratif, accessibles à distance.




50M€ en 2012

Visiativ, pour vision collaborative, est le nouveau nom de la holding du groupe Axemble. Le but: éviter l'amalgame avec l'activité historique du groupe, Axemble, intégrateur de solutions PLM (cycle de vie du produit) pour l'industrie. Le groupe est né à Lyon il y a 23 ans. À l'époque, Christian Donzel créait AGS, la filiale française de l'éditeur de logiciel de conception assistée par ordinateur (CAO) suisse AEL. Aujourd'hui, Visiativ compte quelque 240 personnes et annonce 6.000 clients. Avec six filiales opérationnelles, le groupe a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de l'ordre de 35M€ en 2009. Et vise 50M€ pour2012. «Nous avons retardé nos plans d'un an, reconnaît Laurent Fiard, co-président de Visiativ aux côtés de Christian Donzel. Nous devrions réaliser 45M€ en croissance organique et le solde est à acquérir.» Le groupe, qui a accéléré son développement par croissances externes ces dernières années, va donc poursuivre sur cette voie. Avec, désormais, un axe prioritaire sur l'édition de logiciels. «Nous détenons 65% du marché national sur notre pôle intégrateur. Nous cherchons donc à renforcer le pôle édition», confie Christian Donzel. Le pôle intégration et formation de Visiativ est constitué d'Axemble, spécialiste de l'intégration de solutions de CAO 3D et de la gestion de données techniques. Partenaire de Dassault Systèmes, Axemble revendique plus de 5.000 clients sur ses huit agences en France. Elle est aussi désormais présente en Suisse, depuis la reprise, fin 2008, de son homologue helvétique. Le pôle intégration compte aussi Cadesis, une société d'expertise de services parisienne acquise début 2009 ainsi qu'Energitim, rachetée en octobre2008. Spécialisée dans la formation et l'e-learning, cette société lyonnaise a été sélectionnée par l'appel à projet national sur le serious game pour développer Game2learn Place, une plateforme collaborative de gestion de contenu et de formation par le jeu.




Synergies édition-intégration

Au sein du groupe, des synergies se mettent en place entre ce savoir-faire en e-learning et le pôle édition de Visiativ. Notamment avec Vdoc, une suite collaborative permettant la gestion documentaire, l'édition de portails d'entreprise et la gestion de contenu. «Nous investissons environ 1M€ par an en R & D pour développer cette suite collaborative», souligne Laurent Fiard. L'exploration des outils internet ne s'arrête pas là: avec AsPresso, petite structure rachetée en 2009, spécialiste de la création de sites internet à la demande, Visiativ déploie désormais sa technologie Vdoc sur une plateforme hébergée (mode Saas). «Cela permet aux TPE et PME d'être autonomes dans la création et la mise à jour de leur site internet», précise le dirigeant.




Des usages économes

Avec l'achat tout récemment d'IP-Media, Visiativ offre un outil de plus: «La visioconférence permet de passer en mode synchrone. Plutôt que de répondre à un e-mail, on peut valider en collaboratif un projet», argumente Laurent Fiard. Au-delà des prouesses techniques que les logiciels innovants permettent de réaliser, les dirigeants de Visiativ défendent une vision ?sociale? de leur travail. «Ces outils collaboratifs s'inscrivent dans une démarche de développement durable, car ils permettent de limiter les déplacements. Ces économies sont d'autant plus importantes dans une conjoncture difficile, souligne Laurent Fiard. Ils répondent aussi à l'attente des jeunes collaborateurs, très précurseurs dans l'utilisation des technologies sans contacts.»

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture