Loire

Culture

Un nouveau lieu culturel d'envergure pour Saint-Etienne

Par Gilles Cayuela, le 11 février 2019

Reconnus sur la scène internationale, les galeristes Ceysson & Bénétière vont investir un million d'euros pour transformer l'ancienne école de mécanique de l'AFEP en un "grand lieu" de 1 500 m² dédié à l'art contemporain post années 70.

Les travaux de réhabilitations de l'ancien bâtiment de l'AFEP démarreront en juin prochain.
Les travaux de réhabilitations de l'ancien bâtiment de l'AFEP démarreront en juin prochain. — Photo : Atelier Grousson Architectes

Saint-Etienne comptera bientôt un nouveau lieu culturel d'envergure. Quinze ans après avoir ouvert leur première galerie d'art à Saint-Etienne, Bernard Ceysson et Loïc Bénétière (5 galeries à Luxembourg, Paris, Genève, New-York et Saint-Etienne ; 20 salariés ; 10 M€ de CA) ont choisi à nouveau la cité forézienne pour ouvrir un "grand lieu" qui permettra de répondre aux évolutions du marché de l'art.

"Depuis deux ans, la consommation de l'art et la manière d'aborder la collection ont beaucoup changé. Les collectionneurs aiment venir dans des galeries qui proposent des expositions qui sont presque des expositions de musée avec des moyens et des ambitions de musée. Ce lieu va nous permettre de répondre à leurs attentes et d'accueillir de très grands artistes qui ont besoin de grands espaces pour mettre en œuvre de gros projets", explique Loïc Bénétière, qui a prévu d'investir un million d'euros dans ce projet

Situé entre le Zénith et la Comédie, dans les 1 500 m² de l'ancien bâtiment de l'AFEP (Association Forézienne d'Ecoles de Production), ce lieu abritera une galerie d'art contemporain spécialisée dans le mouvement artistique Supports/Surfaces, un espace restauration, une librairie dédiée à l'art contemporain ainsi que les bureaux de la maison d'édition fondée par les deux galeristes.

Pilotés par l'Atelier Grousson Architectes, les travaux de réhabilitation démarreront début juin pour une livraison espérée avant janvier 2020. "L'idée est d'inaugurer ce lieu avant la Biennale d'art contemporain de Lyon", confie Loïc Bénédière, impatient de pouvoir s'appuyer sur son nouvel outil de travail pour booster son business. 

Attirer des collectionneurs internationaux

"Depuis trois à quatre ans, nous assistons à une énorme hausse de la demande des collectionneurs sur la région. Des collectionneurs du Puy-en-Velay, Valence, Vienne, Grenoble et Lyon viennent voir nos expositions et achètent à Saint-Etienne. Aujourd'hui, nous réalisons à peu près le même chiffre d'affaires à Saint-Etienne (NDLR : entre 3 et 4 M€/an) qu'à Paris ou Luxembourg. Nous espérons que ce grand lieu va nous aider à faire encore plus", indique Loïc Bénétière, qui mise aussi sur sa clientèle internationale. "Nous avons aussi l'ambition de faire venir à Saint-Etienne des collectionneurs internationaux, des Etats-Unis, du Luxembourg… Et surtout de les faire rester pour qu'ils découvrent les charmes de la ville et non pas qu'ils fassent un simple aller-retour".

Un discours qui n'a pas manqué de séduire la Ville et en particulier l'adjoint au maire en charge des relations internationales et de l'accueil des entreprises, Denis Chambe. "Même si ce ne sont pas des cars entiers qui vont arriver, nous aurons des visiteurs dont le profil était inespéré pour Saint-Etienne. Des chefs d'entreprise américains qui se déplacent pour voir une collection Ceysson, cela va aussi nous donner la possibilité de nouer des contacts business intéressants", conclut l'élu.

Les travaux de réhabilitations de l'ancien bâtiment de l'AFEP démarreront en juin prochain.
Les travaux de réhabilitations de l'ancien bâtiment de l'AFEP démarreront en juin prochain. — Photo : Atelier Grousson Architectes