Philippe Parain : De la technique à la gestion

Par la rédaction, le 05 novembre 2010

À 49 ans, Philippe Parain vient de recevoir les insignes de Chevalier de la Légion d'honneur. Avec un parcours sur fond de technique, ce passionné d'électronique est aujourd'hui à la tête d'une PME locomotive de notre département, Thales Angénieux. Nicolas Bros
Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

«Depuis 5 ans, je suis totalement dans mon élément» Philippe Parain aime son métier. Depuis 2005, il est à la tête d'une des PME historique du groupe Thales, à savoir Thales Angénieux, située à Saint-Héand et spécialisée dans la conception d'optiques de haute précision. «Nous sommes à la fois au sein d'un grand groupe avec ses avantages et parfois ses inconvénients, mais nous restons une PME dotée d'une grande réactivité et d'une souplesse d'action» assure celui qui n'avait pas envisagé de devenir le P-dg de Thales Angénieux. «Non, ce n'était pas prévu. Ce fut une belle opportunité. Depuis mes débuts j'ai pu évoluer dans l'électronique, en passant de la conception au management et à la direction.»




Baigné dans l'électronique depuis sa jeunesse

Issu d'une famille modeste, élevé par sa mère, Philippe Parain s'est intéressé très tôt aux nouvelles technologies qui l'entouraient dans les années 70. «Ma jeunesse s'est déroulée au milieu de l'évolution de l'électronique, explique-t-il. Le déclic de mon parcours a été de savoir comment on transmettait une image dans l'air. Ca a été finalement le fruit de ma passion. J'ai très vite eu la volonté de comprendre et de faire.» Philippe Parain est passé par différents métiers avant d'entreprendre des études d'électronique. «À l'époque, à la campagne, les études apparaissaient comme assez obscures, explique-t-il.Dès mes 12 ans, j'ai travaillé dans des boulangeries, restaurants... On apprend la vie grâce à ces métiers. Je me suis rendu compte de la dureté du travail et de la nécessité des études.» Passé par la Belgique pour son baccalauréat en électronique, puis revenu en France pour passer son DUT d'électronique à Cachan (un des plus réputés), Philippe Parain a gravi progressivement tous les échelons de l'entreprise jusqu'à la direction.




Un gestionnaire de PME dans un grand groupe

Avant de positionner Thales Angénieux en tant que leader mondial des zooms pour le cinéma et nº1 européen dans le domaine de la vision nocturne, Philippe Parain est passé de la technique à la gestion en restant fidèle à de grands groupes. Cependant, il a acquis une expérience significative dans le redressement de PME. «Depuis 2000, j'ai travaillé pour la relance d'entités internes au groupe Thales. Ces missions m'ont permis d




'appréhender la direction d'entreprises connaissant certaines difficultés, explique-t-il. Cela a complété mon bagage technique que j'avais acquis au cours des vingt années précédentes.» C'est en partie pour son rôle dans la relance économique de ces sociétés qu'il vient de recevoir les insignes de Chevalier de la Légion d'honneur.

Défendre l'industrie français

e

Ces insignes, il les doit également à son combat mené pour le développement de l'industrie française à travers son association «Entrepreneurs engagés». «Je suis un partisan de l'industrie française. Le travail est le ?nerf de la guerre?, assure-t-il. En France, nous avons beaucoup de qualités comme par exemple notre système éducatif. Par contre, nous devons éviter les clivages ?cols bleus? et ?cols blancs? dans nos entreprises, ainsi que les fausses images des métiers techniques auprès des jeunes. Nous avons un réel besoin de techniciens.»

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture