Novasep : Lyon comme base de redéploiement

Par De fait, Novasep a lancé un programme d'investissement de 80 M€ dont 30 M€ reviennent à l'usine de Mourenx (Pyrénées-Atlantiques) destinée à approvisionner un groupe américain en omégas-3 très purifiés. Audrey Henrion, le 04 juillet 2014

BIOTECH. Novasep, 1.200 salariés, (CA : 315M€) annonce l'arrivée de son Comex et des équipes support à Lyon, dans le quartier de Biodistrict (Gerland). Pour le P-dg Michel Spagnol, Lyon incarne un « point d'ancrage fort » pour déployer sa nouvelle stratégie.
Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Lyon comme point d'ancrage. Celui d'une stratégie d'abord, mise en oeuvre il y a un an. Celui d'un homme ensuite, Michel Spagnol. À la tête de Novasep, une entreprise de taille intermédiaire basée à Pomey, en Lorraine, depuis un an, il entend marquer symboliquement le changement d'époque que vit cette start-up née en 1995, produisant différentes technologies de purification pour les marchés alimentaires, (60 % de son CA) pharmaceutiques et bio pharmaceutiques (40 %). Ainsi l'implantation à Lyon (la métropole était en concurrence avec Paris) tourne définitivement la page des vingt premières années de cette entreprise que son fondateur, Roger-Marc Nicoud, a quittée en 2012, après l'échec d'une LBO entraînant une dette de 450M€. Pour la résorber, le groupe a subi un refinancement très complexe. « Les obligataires - les fonds spéculatifs américains Tennenbaum, Silver Point et Pimco, NDLR - sont devenus actionnaires. Cela a eu pour effet d'éponger une partie des dettes de l'entreprise qui atteint désormais 150M€ » explique le nouveau P-dg. De son côté, BPI France a injecté 30M€ pour garantir la pérennité du groupe sur le territoire hexagonal. « Il fallait retrouver un point d'ancrage important pour remettre notre développement en ordre de marche, détaille cet ancien ingénieur de Rhodia. Or la relation avec nos clients en est un, d'où cette décision de créer une implantation lyonnaise et d'y installer le comité exécutif et l'équipe support ».




Back to basics

Nommé par les fonds américains qui entendent bien rentabiliser très largement leurs placements, le P-dg a mis en place une stratégie et un management qui doit permettre à Novasep de se remettre sur les rails. Trente personnes, c'est-à-dire l'ensemble du board de Novasep, vont s'installer à la rentrée dans le quartier de Biodistrict à Lyon (ex-Gerland). « Pour nous, cela a plus de sens d'être dans une ville à l'écosystème tourné vers les biotechs, donc vers nos clients actuels ou potentiels, que de rester à Pomey même si nombre de mes collaborateurs s'y sentent bien ». Et puis l'entreprise de 1.200 salariés compte deux sites de production à Chasse-sur-Rhône et Saint-Maurice de Beynost. Enfin, précise Michel Spagnol, « d'un point de vue logistique, il est aussi plus simple de rejoindre l'Asie depuis Lyon grâce à la ligne Emirates ». Depuis un an, Michel Spagnol a audité toutes les activités du groupe, qui réalise 90 % des ventes à l'extérieur des frontières hexagonales. Le groupe assurait jusque-là son développement à grand renfort de croissance externe. S'en est désormais fini, du moins dans un avenir proche. « Je solidifie les bases. J'ai conçu un plan baptisé "Back to Basics", mais nous ne sommes qu'au prélude de cette stratégie », précise-t-il. Une stratégie qui s'appuie sur quatre axes de croissance : d'abord aller chercher de nouveaux marchés sur la planète et se déployer géographiquement en suivant les mouvements de croissance dans le monde, de l'Europe de l'Est, jusqu'en Amérique du Sud. Ensuite, accroître la capacité de service aux clients en proposant une offre sur mesure et en jouant la proximité. Troisième axe : poursuivre la politique de R & D qui représente 3 à 4 % du chiffre d'affaires du groupe. « Au fil des acquisitions nous avons perdu ce qui constituait l'ADN d'origine : l'innovation. Je souhaite la remettre au coeur de notre développement, notamment en l'orientant vers la chimie verte ». L'environnement lyonnais, la présence de pôles de compétitivité, d'accélérateurs, de fonds d'investissements va lui permettre de structurer cet axe. « Mon objectif est aussi de recentrer l'activité de Novasep sur notre corps de métier. Quelques désinvestissements vont probablement intervenir en 2014-2015 » nous confie le dirigeant. Contacté par téléphone, l'un des représentants syndicaux de Novasep basé à Pomey se déclare sans inquiétude quant à l'avenir du groupe. Il ne pressent « aucune menace sur l'emploi ».

Novasep



(Pomey) P-dg : Michel Spagnol 1.200 salariés CA 2013 : 315M€ 03 83 49 71 30 www.novasep.com

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture