Saint-Etienne

Industrie

L'actionnaire de Mabtools reprend la main après le départ de son DG

Par Stéphanie Gallo, le 16 juin 2017

Francesco Maiolini, actionnaire unique depuis 2013, reprend les manettes de l'entreprise confiée à Guido De Palma depuis sept ans. Explications.

Le Journal des Entreprises, l'économie en régions — Photo : Le Journal des Entreprises

L'Italien Francesco Maiolini a parié gros. Alors que le groupe familial créé par son père Gianfranco Maiolini avait décidé en 2013 de se séparer de sa filiale stéphanoise, spécialisée dans la fabrication de disques résinoïdeux pour le tronçonnage et la rectification des métaux, Francesco Maiolini a fait le pari d'investir seul dans cette usine déficitaire créée par le groupe en 1992 et dont il était le directeur général depuis 2005, Molemab France, rebaptisée à cette occasion Mabtools. « Le groupe Maiolini est spécialisé dans les produits abrasifs. Il avait deux métiers principaux : les abrasifs pour la mécanique de précision et les abrasifs pour le façonnage du métal.

En 2010, il a décidé de se désengager de son activité de façonnage et s'est séparé de ses sites canadien et italien. J'ai fait un deal avec ma famille : je leur donnais mes parts dans le groupe, elle me donnait cette filiale », avec un accord de non-concurrence pendant cinq ans. « Ce deal a nécessité une réorganisation importante. Tout est désormais clair ». Francesco Maiolini a donc à présent les mains libres pour gérer l'opérationnel de son entreprise, pilotée depuis 2008 par Guido De Palma. Ce dernier a quitté l'entreprise en janvier dernier. Francesco Maiolini, jusqu'ici très discret - certains partenaires connaissaient à peine son rôle, effacé par l'omniprésent Guido de Palma, se repositionne donc au premier plan. Son objectif repose plus sur l'amélioration de la marge que sur l'augmentation des volumes. « Mabtools a toujours été déficitaire car elle était surdimensionnée par rapport au marché, elle a perdu beaucoup d'argent, jusqu'à 650.000 euros certaines années. En 2016, nous avons enfin atteint le point mort grâce à une réorganisation de l'entreprise. Il faut maintenant aller plus loin ».

Stratégie de partenariats

L'entrepreneur compte y parvenir en déroulant une stratégie assise sur des partenariats. Processus enclenché l'année dernière avec l'accord commercial conclu avec un concurrent italien Molital (achats groupés, présence aux salons professionnels sur un même stand...). Francesco Maiolini accélère dans cette voie et vient de signer plusieurs associations. D'abord avec l'Italien SAID Tools, concurrent du groupe Maiolini, pour distribuer leurs produits. Puis avec la PME ligérienne RTC (Bonson), fabricant de barreaux acier. « Nous distribuons depuis six ans les barreaux carbure de Sinter sud (entreprise italienne NDLR). RTC a tous les contacts. Nous ferons plus de volume en passant par leur intermédiaire ». Un autre accord de distribution pourrait être conclu rapidement avec l'entreprise montbrisonnaise Nourrisson. Les investissements productifs lancés ces dernières années, financés par des prêts de la BP2L et de banques italiennes, vont être poursuivis.

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture