Réseaux

Election au Medef : Alexandre Saubot, le patron stéphanois qui veut "réconcilier la France et l'entreprise"

Par Gilles Cayuela, le 05 mars 2018

Président de l'UIMM et vice-président du Medef en charge du pôle social, le Stéphanois Alexandre Saubot a décidé de quitter tous ses mandats patronaux pour défendre sa candidature qui vise à « réconcilier la France et l'entreprise ».

Agé de 53 ans, le patron stéphanois de l'ETI familiale Haulotte, Alexandre Saubot, se positionne en candidat crédible à la présidence du Medef. — Photo : Haulotte

Le 3 juillet prochain, le Medef procèdera à l'élection de son nouveau président. Parmi les candidats à la succession de Pierre Gattaz, le Stéphanois Alexandre Saubot a officiellement fait acte de candidature en transmettant, dimanche 4 mars, un texte à la presse. Le patron du groupe Haulotte y déclare vouloir « réconcilier la France et l'entreprise ».

"Homme libre"

Pour défendre cet ambitieux projet « en homme libre de sa parole », le vice-président du Medef a décidé de renoncer à ses mandats patronaux : sa démission du Medef est effective depuis le 4 mars et il quittera ses fonctions à l'UIMM à partir d'avril. Alexandre Saubot était président de l'Union des Industries des Métiers de la Métallurgie depuis trois ans.

Inconnu du grand public, ce polytechnicien de 53 ans a démarré sa carrière dans la haute administration, avant de se réorienter vers la banque d'affaires chez Natixis. En 1999, il rejoint son père Pierre au sein de Pinguely Haulotte, une entreprise familiale bâtie sur les ruines de Creusot-Loire. En 2005, c'est le passage de témoin. Alexandre Saubot reprend les rênes de l'entreprise spécialisée dans la construction de matériels d'élévation.

Plan de sauvetage

Un marché cyclique dans lequel le dirigeant va faire étalage de son art du dialogue social. Alors que l'entreprise voit son chiffre d'affaires chuter de 642 à 202 millions d'euros entre 2007 et 2009 et qu'elle enregistre une perte record de 56 millions d'euros la même année, Alexandre Saubot réussit à convaincre les syndicats d'adhérer à son plan de sauvetage.

Recours au chômage partiel plusieurs semaines par mois, prise de congés en avance, suppression des parts variables... Les salariés d'Haulotte se serrent la ceinture mais au final la direction ne procède à aucune fermeture de sites et le groupe parvient à maintenir ses effectifs. Une stratégie payante puisque, après des années difficiles, Haulotte a retrouvé aujourd'hui les chemins de la croissance (1 500 salariés ; 500 M€ de chiffre d'affaires). 

Spécialiste du dialogue social

Repéré par le Medef pour ses qualités de fin négociateur, Alexandre Saubot se voit confier, fin 2014, le pilotage de la négociation « sur la qualité et l’efficacité du dialogue social dans les entreprises et l’amélioration de la représentation des salariés » entre patronat et syndicats de salariés.

Un an plus tard, le 1er janvier 2016, Alexandre Saubot prend du galon en succédant à Jean-François Pilliard, au poste de vice-président du Medef en charge du pôle social. Poste qui lui a permis de prendre une envergure nationale au sein de l'organisation patronale et de se positionner aujourd'hui comme un candidat crédible à la succession de Pierre Gattaz.     

Agé de 53 ans, le patron stéphanois de l'ETI familiale Haulotte, Alexandre Saubot, se positionne en candidat crédible à la présidence du Medef. — Photo : Haulotte

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture